Élections 2018: les libéraux promettent des centres pour désengorger les urgences

Le Parti libéral promet de créer cinq centres de soins non urgents afin de réduire les temps d’attente dans les salles d’urgence du Nouveau-Brunswick.

Si l’initiative voyait le jour, les patients qui se présentent aux urgences avec un problème peu ou pas urgent pourraient être redirigés vers ces centres après un premier examen sommaire.

Contrairement aux cliniques sans rendez-vous, ces centres seraient ouverts sept jours sur sept, 24 heures par jour.

Ainsi, les patients qui ne sont pas dans un état critique n’auraient pas à attendre des heures aux urgences pour voir un professionnel de la santé, affirme le chef du Parti, Brian Gallant.

«Si la situation est jugée urgente, évidemment (les patients) seront traités le plus vite possible. S’il est déterminé que ce n’est pas urgent, ils auront la possibilité d’obtenir des soins primaires plus rapidement», a-t-il indiqué lors d’un arrêt de campagne dans la capitale, mardi.

Les centres de soins non urgents figurent parmi les demandes de la Société médicale du Nouveau-Brunswick aux partis politiques dans le cadre de la campagne électorale.

«Nous sommes heureux de voir que le Parti libéral appuie le concept de clinique de soins non urgents dans sa plateforme électorale, et nous encourageons tous les partis politiques à examiner la prescription à plusieurs volets de la Société médicale pour des soins plus intelligents au Nouveau-Brunswick», a déclaré le président du groupe, Dr Dharm Singh.

«Nous croyons que ces cliniques devraient être dirigées par des médecins de famille.»

Les libéraux souhaitent créer ces centres à Moncton, à Fredericton et à Saint-Jean ainsi qu’à deux endroits encore indéterminés dans le nord du Nouveau-Brunswick.

M. Gallant n’a pas précisé combien coûtera la création de ces cinq centres, indiquant que le tout serait inclus dans le plan financier du parti qui sera dévoilé ultérieurement.

Le Parti libéral promet d’embaucher du nouveau personnel médical pour travailler dans les centres de soins non urgents.

Les libéraux tenteraient d’abord d’aménager ces centres dans des locaux existants et sous-utilisés.

Brian Gallant n’a toutefois pas écarté la possibilité d’avoir à construire de toutes nouvelles installations pour certains d’entre eux.

Les libéraux pourraient élargir l’initiative si les cinq premiers centres s’avèrent un succès, a-t-il ajouté.