Élections 2018: Blaine Higgs tend la main aux PME

Blaine Higgs veut tendre la main aux petites et moyennes entreprises de la province. De passage dans la Péninsule acadienne mercredi, le chef du Parti progressiste-conservateur a promis diverses mesures pour stimuler le secteur privé s’il est élu en septembre.

«Sous la direction des libéraux de Brian Gallant, notre province a perdu 5800 emplois du secteur privé. Des augmentations d’impôts sans fin et des contrats continuellement attribués à des entreprises de l’extérieur ont diminué notre esprit d’entreprise», a déploré Blaine Higgs lors d’un arrêt à Lamèque.

Un gouvernement progressiste-conservateur offrirait notamment un nouveau crédit d’impôt aux petites et moyennes entreprises existantes de la province qui créent de nouveaux emplois. Selon M. Higgs, il s’agirait d’un élargissement de l’Initiative d’une promesse d’emploi, un programme de subventions lancé en 2013 par le gouvernement de David Alward et maintenu par les libéraux de Brian Gallant.

Actuellement, les entreprises admissibles reçoivent une bonification salariale d’un an lorsqu’elles offrent un emploi permanent à temps plein à une personne ayant obtenu un diplôme d’études postsecondaires au cours des quatre dernières années. L’entreprise doit offrir un salaire d’au moins 14$ de l’heure.

«Notre objectif est d’encourager le développement dans le secteur privé. Cette initiative constitue un élargissement du programme existant. On veut s’assurer que plus d’entreprises en profitent pour embaucher des gens, ce qui leur permettrait de vivre et de travailler ici au Nouveau-Brunswick.»

S’il est porté au pouvoir, M. Higgs entend également passer en revue les 19 recommandations sur le scandale Atcon formulées par la vérificatrice générale, Kim MacPherson, dans un rapport publié en mars 2015. L’objectif est de mettre en application les recommandations qui ne l’ont pas déjà été par les libéraux.

Dans son rapport, Mme MacPherson s’est montrée très critique envers l’ancien gouvernement libéral de Shawn Graham pour avoir «choisi d’ignorer les conseils experts de ses hauts fonctionnaires» dans le fiasco de la compagnie Atcon. L’entreprise de Miramichi a fait faillite en 2010, alors qu’elle devait rembourser près de 70 millions$ en prêt au gouvernement provincial.

D’une autre part, Blaine Higgs espère passer en révision le travail d’Opportunités NB, l’agence créée par les libéraux pour remplacer Investir NB, un organisme créé par le gouvernement Alward.

«Concrètement, je veux prendre connaissance de la situation financière de l’organisme et de ses accomplissements. Je veux savoir ce qui a été fait pour permettre aux entreprises de prospérer. Est-ce qu’il y a d’autres projets en attente? Je n’ai pas forcément l’intention de changer le nom, mais je veux qu’il ait un plan précis pour l’ensemble du Nouveau-Brunswick.»

Pour atteindre ses objectifs, il envisage également d’établir plus de partenariats avec des groupes comme la Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick, une société indépendante sans but lucratif qui se spécialise dans les investissements en capital de risque et en recherche.

Un gouvernement progressiste-conservateur cesserait aussi de financer de nouvelles entreprises qui font concurrence à des entreprises existantes dans une région.

Finalement, M. Higgs a réitéré son intention d’abolir la taxe sur le carbone. Il a fait cette promesse lundi, en s’engageant du même souffle à contrebalancer toute taxation du carbone imposée aux Néo-Brunswickois par Ottawa grâce à des allègements fiscaux.