Élections 2018: Gallant veut forcer Énergie NB à geler ses tarifs

Un gouvernement libéral ordonnerait à Énergie Nouveau-Brunswick de geler ses tarifs pour les clients résidentiels et les petites entreprises pendant quatre ans.

Le chef Brian Gallant a fait cette annonce devant une résidence de la rue Reade à Moncton, mercredi matin.

«Le montant des factures d’électricité de nombreuses personnes grimpe plus rapidement que leurs salaires» a-t-il indiqué devant une poignée de partisans.

Une telle mesure coûterait plus de 13 millions$ au gouvernement.

Énergie NB prédit actuellement une augmentation annuelle de 2% de son tarif.

Afin de combler ce manque à gagner, l’organisme serait tenu de prendre des mesures pour accroître son efficacité et réduire ses coûts d’opération.

Un gouvernement Gallant empêcherait également Énergie NB d’instaurer une taxe météorologique pour aider à défrayer les coûts reliés à des événements météo extrêmes.

Mesures que le gouvernement libéral ordonnerait à Énergie NB

  • Réviser les salaires des cadres et réduire la taille de la direction générale de 30%.
  • Imposer à la Commission de l’énergie et des services publics un plafond sur les dépenses administratives.
  • Créer un programme d’apprentissage pour les monteurs et monteuses de ligne et embaucher plus d’apprentis pour réduire le coût relié aux fournisseurs.
  • Augmenter les revenus des exportations.
  • Poursuivre les investissements dans l’efficacité énergétique pour réduire la demande.
  • Mettre en place l’application de tarifs qui s’échelonneraient sur plusieurs années afin d’améliorer la prévisibilité pour les consommateurs et consommatrices.

Réactions mitigées

La proposition libérale de geler les tarifs d’électricité pendant quatre ans a été accueillie avec un enthousiasme prudent.

Le président du Conseil économique du Nouveau-Brunswick, Thomas Raffy, s’est réjoui de la promesse, mais demeure prudent.

«C’est sûr qu’à première vue, sans en connaître tous les détails, l’annonce libérale semble intéressante», mentionne-t-il.

Selon lui, cette annonce, de même que la promesse d’augmenter le salaire minimum à 14$ l’heure auront un impact immédiat sur les petites et moyennes entreprises.

«Mais beaucoup de questions demeurent parce qu’on parle quand même d’un gel de quatre ans. Je me demande notamment quel sera l’impact pour Énergie NB. Avant cette annonce, ils avaient quand même fait des prévisions de leurs revenus au cours des prochaines années.»

Thomas Raffy se dit inquiet pour la suite des choses.

«Que va-t-il arriver dans quatre ans? Il va devoir y avoir un rattrapage. Est-ce que sera un peu comme le retour du boomerang? Ce sont toutes des questions qu’on se pose. Nos entreprises ne veulent pas voir des hausses complètement impossibles à soutenir au niveau des salaires et des coûts d’électricité dans quatre ans.»

Optimisme prudent également du côté de Jean-Claude Basque, porte-parole du Front commun pour la justice sociale.

«Ça va certainement aider les gens à bas salaires, que ce soit les travailleurs ou les gens qui sont sur l’aide au revenu, ou même les aînés», avance-t-il.

«Les gens qui sont sur l’aide au revenu n’ont pas eu d’augmentation de leur taux de base depuis plusieurs années. Au moins, ils auront ce répit-là.»

De son côté, le chef conservateur Blaine Higgs s’est évidemment montré très sceptique sur la proposition de son adversaire.

«Je suis certain que Brian Gallant compte sur la taxe sur le carbone pour payer tout ça», ironise-t-il.

«D’une manière ou d’une autre, ce sont les gens de la province qui vont finir par payer ce gel. Je pense que M. Gallant va faire n’importe quoi pour se faire élire», affirme-t-il.

«La dernière fois, en 2014, on avait promis n’importe quoi à tout le monde. Mais on n’a jamais mentionné qu’il y aurait des nouvelles taxes de l’ordre d’un milliard de dollars dans la province. Personne ne parle de ça…»

Blaine Higgs dit s’inquiéter de l’impact de ce gel sur les finances de la société de la couronne.

«Énergie NB tente de prendre le contrôle de ses finances. Je pense que cette proposition est irresponsable. Brian Gallant ne nous dit pas toute l’histoire sur la façon dont il entend payer pour ça.»