Ottawa s’intéresse aux effets des changements climatiques sur le pont de la Confédération

Ottawa a lancé un appel d’offres demandant aux sociétés d’ingénierie d’évaluer comment les changements climatiques et les conditions météorologiques extrêmes affecteront certains des principaux aéroports et gares maritimes du Canada atlantique, en plus du pont de la Confédération.

L’appel d’offres publié la semaine dernière vise à analyser la vulnérabilité des infrastructures face à l’élévation du niveau de la mer, à des tempêtes plus violentes et à des vagues changeantes.

Il précise que le gouvernement fédéral veut savoir comment les sites risquent d’être « défaillants, endommagés et de perdre leur service » en raison des événements climatiques susceptibles de toucher la région.

Le rapport examinera six terminaux de traversiers, y compris les installations de Digby et Caribou, en Nouvelle-Écosse; celles de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick; les terminaux de l’Île-du-Prince-Édouard à Wood Islands et Souris; ainsi que le terminal de Cap-Aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine.

Il s’intéressera également aux répercussions des changements climatiques sur les aéroports de Wabush et de St. Anthony, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le groupe consultatif fédéral sur l’adaptation au changement climatique a récemment noté que les températures moyennes au Canada ont augmenté de 1,5 C entre 1950 et 2010, avec des hausses plus élevées dans le Nord.

Les précipitations moyennes ont également augmenté, et les précipitations fortes ou extrêmes devraient devenir plus fréquentes.