Coûts des promesses: deux approches diamétralement opposées

Les deux principaux partis au Nouveau-Brunswick ne s’y prennent pas du tout de la même manière lorsque vient le temps de dévoiler les coûts de leurs promesses électorales.  Le fossé qui les sépare fait monter les tensions.

Depuis le déclenchement officiel de la course, jeudi dernier, l’approche des libéraux et des progressistes-conservateurs est très contrastée.

Jour après jour, Brian Gallant promet des programmes, des investissements et divers changements. Les communiqués de presse sont habituellement accompagnés de détails sur les coûts estimés.

Pendant ce temps, les progressistes-conservateurs promettent de mieux gérer, d’être plus efficaces et de miser sur ceci ou cela. Mais l’on retrouve bien peu de chiffres dans leur documentation.

Et ce ne sont pas que les journalistes qui ont cette impression. Loin de là.

Le fossé entre les bleus et les rouges existe bel et bien, selon des documents déposés par les formations politiques auprès d’Élections NB en vertu de la Loi sur la transparence des engagements électoraux (adoptée par le gouvernement de Brian Gallant).

Depuis le début de la campagne, les libéraux ont fait 29 promesses totalisant 228,79 millions $ pour les quatre prochaines années.

Les progressistes-conservateurs? Les coûts d’une seule promesse sur 15 –soit l’augmentation du budget du Bureau de la vérificatrice générale– ont été dévoilés. Le grand total: 2,5 millions $ sur quatre ans.

Dans les documents qu’ils ont déposé auprès d’Élections NB, «L’équipe Blaine Higgs» dit simplement, selon le cas –et comme le lui permet la loi– qu’une promesse donnée n’aura pas d’incidence sur les finances publiques ou que trop peu d’informations sont disponibles pour que son coût puisse être évalué.

Blaine Higgs en compagnie de sa candidate dans Kent-Nord, Katie Robertson, jeudi au Pays de la Sagouine. – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

Le ton monte entre Higgs et Gallant

Il a été question de ce profond fossé qui sépare les partis, jeudi, lors des points de presse respectifs de Brian Gallant et de Blaine Higgs.

Ce contraste ne surprend pas le moindrement du monde le chef libéral. «Du côté des conservateurs, c’est aucunement surprenant. Blaine Higgs et les conservateurs ont fait exactement la même chose en 2014. Ils n’ont pas donné les coûts de leur plateforme», a-t-il dit en point de presse, jeudi.

Il accuse son principal rival d’avoir de sombres desseins. Selui lui, les progressistes-conservateurs ne chiffrent pas leurs promesses parce qu’ils veulent couper en santé, en éducation et dans les soins aux aînés, mais qu’ils ne veulent pas en parler pendant la campagne.

Invité par les journalistes à préciser s’il a l’intention de porter plainte auprès d’Élections NB ou même de se tourner vers les tribunaux pour forcer les progressistes-conservateurs à dévoiler les coûts de leurs promesses, Brian Gallant n’a pas donné de réponse claire.

«Nous allons certainement analyser la situation et nous allons voir à un moment donné, à travers les pressions (des médias) qu’ils vont dévoiler leur vrai plan. S’ils ne le font pas, il faut seulement regarder les choses que Blaine Higgs a faites lorsqu’il était ministre des Finances», a-t-il dit.

Quant à Blaine Higgs, il a carrément accusé Brian Gallant de tenter d’acheter des votes à coups de millions de dollars.

«C’est très clair; Brian Gallant tente d’acheter son prochain emploi avec votre argent. Pas moi. J’essaie de réparer la province. Et mes collègues sont là pour faire le travail. Brian Gallant essaie d’obtenir un travail. Il dépensera autant d’argent que nécessaire, votre argent et mon argent, pour l’avoir.»

Il s’est défendu de ne pas dévoiler les coûts de ses engagements électoraux. «Lisez nos promesses. Nous mettons de l’avant des priorités. Et si vous regardez la base sur laquelle sont construites nos priorités, c’est que nous n’allons pas adopter de nouvelles taxes. Les gens sont assez taxés. Nous allons gérer le Nouveau-Brunswick avec ce qui est dépensé aujourd’hui.

Une plainte déposée par les libéraux, mais jugée non fondée

L’Acadie Nouvelle a appris jeudi que les libéraux ont bel et bien déposé une plainte à Élections NB récemment.

Ils estiment que les progressistes-conservateurs ont contrevenu à la Loi sur la transparence des engagements électoraux.

Le porte-parole d’Élections NB, Paul Harpelle, confirme par courriel que nos informations sont bonnes.

«Après un examen, le contrôleur du financement politique a déterminé qu’aucune enquête n’était requise et a rejeté la plainte», dit-il.

Il précise que la promesse visée par la plainte des libéraux était celle faite vendredi dernier par Blaine Higgs.

Ce dernier s’était alors notamment engagé à mieux payer les travailleurs de soutien à domicile et d’offrir de meilleurs soins aux aînés afin qu’ils demeurent chez eux le plus longtemps possible.

Dans le document d’information déposé le jour-même auprès d’Élections NB, le Parti progressiste-conservateur indique –comme il peut le faire sans enfreindre la Loi– qu’il dispose de trop peu d’informations pour estimer les coûts de cette promesse électorale.

– Avec la collaboration du journaliste Mathieu Roy-Comeau