«Je me déteste pour avoir emporté un couteau avec moi cette journée-là»

Jesse James Perry-Belliveau écope d’une peine de cinq ans d’emprisonnement pour l’homicide involontaire de Rodney James Perry, l’ancien amoureux de sa copine.

L’épisode n’a duré que 54 secondes, mais elle a coûté la vie d’un homme et bouleversé celle d’un autre.

Le 24 janvier 2017, en après-midi, Jesse James Perry-Belliveau, âgé de 25 ans à l’époque, a quitté sa résidence, le Elmwood Motel à Moncton, avec sa copine, Kimberly Cormier, âgée de 45 ans.

Marchant vers leur voiture, ils ont vu l’ancien amoureux de Mme Cormier, Rodney Perry, assis dans un véhicule dans un terrain de stationnement adjacent.

L’homme âgé de 47 ans harcelait Mme Cormier depuis leur rupture, refusant d’accepter la fin de la relation. Elle avait exprimé des craintes par rapport à sa sécurité à des membres de sa famille.

Les deux hommes ne s’étaient jamais rencontrés. M. Perry-Belliveau a approché la voiture de M. Perry, qui en est sorti pour le confronté. Le plus jeune des deux hommes a sorti un couteau de cuisine avec une lame de 20 à 25 cm afin d’intimider son adversaire. La tactique n’a cependant pas fonctionné, M. Perry étant lui-même armé d’un répulsif à ours.

La dispute a rapidement dégénéré. Les deux hommes se sont battus, l’un armé d’un couteau et l’autre de gaz poivré. L’échange n’a duré que 23 secondes, selon une vidéo surveillance qui a capté la scène.

Les deux hommes se sont séparés quand Mme Cormier s’est approchée en klaxonnant. M. Perry-Belliveau est monté à bord, et ils ont quitté la scène.

Entretemps, M. Perry a démarré sa voiture. Il avait subi trois blessures graves, et il perdait beaucoup de sang. Il a pesé sur l’accélérateur avant de heurter un poteau d’électricité. Quand les policiers sont arrivés, ils ont trouvé l’homme effondré sur son volant, le moteur tournant dans le vide.

Inconscient, il a été transporté à l’hôpital où il décédé avant la fin de l’après-midi.

Un mandat d’arrestation pancanadien a été lancé contre Jesse James Perry-Belliveau peu après. Il a été arrêté sans incident trois jours plus tard à Memramcook.

Il a d’abord été accusé de meurtre au deuxième degré, mais l’accusation a été modifiée à homicide involontaire. Il a plaidé coupable, le mois dernier.

Jeudi matin, il a comparu devant la Cour du Banc de la Reine au Palais de justice de Moncton pour son audience de détermination de la peine. Son avocat, Gilles Lemieux, et le procureur de la Couronne, Maurice Blanchard, ont soumis une recommandation conjointe de cinq ans d’emprisonnement.

Me Lemieux a lu une lettre que son client a envoyée à la famille de la victime suivant les événements du 24 janvier 2017.

«Je m’excuse pour ce qui est arrivé. Je n’avais pas l’intention de le tuer. Peut-être que ça vous indiffère, ou peut-être que vous ne me croyez pas. Je peux juste m’imaginer à quel point vous me haïssez. Je souhaite que cette affaire n’ait jamais eu lieu. Je me déteste pour avoir emporté un couteau avec moi cette journée-là. J’espère que vous pourrez traverserez cette épreuve et trouverez la paix.»

Six déclarations de la victime ont été soumises à la cour, mais ils n’ont pas été lus durant l’audience de jeudi. Me Blanchard a fait savoir qu’elles décrivaient les épreuves de la famille de M. Perry depuis son décès. Entre autres, le père de la victime affirme qu’il n’avait jamais imaginé qu’il organiserait les funérailles de son propre fils.

Une dizaine de membres de la famille de la victime ont assisté à la sentence.

À partir de jeudi, M. Perry-Belliveau purgera une peine de 31,5 mois d’emprisonnement. La cour lui a accordé 28,5 mois de crédit pour les 19 mois qu’il a passés derrière les barreaux depuis son arrestation.

Avant de quitter le box des accusés, il a soufflé un baiser à la vingtaine de membres de sa famille qui assistaient à l’audience. Ils lui ont répondu avec un baiser.