Bathurst: les policiers seront vigilants dans les zones scolaires

À l’occasion de la rentrée scolaire, mardi, les policiers de la région de Bathurst redoubleront de vigilance sur les routes afin de s’assurer que les automobilistes respectent les limites de vitesse ainsi que les arrêts obligatoires lorsque les feux rouges intermittents des autobus scolaires sont en fonction.

Le chef de la Force policière de Bathurst, Ernie Boudreau, mentionne que le volume du trafic est toujours élevé lors de la rentrée scolaire.

«On n’a pas de statistique sur le nombre d’accidents lors de la rentrée scolaire dans la région. Par contre, on invite les automobilistes à être vigilants en respectant les consignes de sécurités. Il est important que les automobilistes surveillent les signaux lumineux des autobus scolaires et de se préparent à arrêter.»

Les policiers seront installés à plusieurs arrêts des autobus scolaires à travers la région, indique Judy Turple, responsable de la section trafic de la Force policière de Bathurst.

«Plusieurs automobilistes oublient que la limite de vitesse dans une zone scolaire est de 30 km/h de 7h30 à 16h. Au cours des dernières années, plusieurs automobilistes interpellés pensaient que la limite de vitesse dans les zones scolaires était de 50 km/h. On a réalisé une vidéo pour sensibiliser les automobilistes à la prudence lors de la rentrée scolaire. Plus de 10 000 personnes ont vu cette publicité et cela démontre que les gens prennent aux sérieux la sécurité de nos élèves.»

«Certains de nos policiers se rendront également dans les écoles de la région pour rencontrer les jeunes. Cela nous permettra d’être encore plus proche des élèves de nos communautés», de souligner la sergente Turple.

Transport scolaire et sécurité des élèves

Au cours de cette année scolaire, 136 conducteurs, dont 26 suppléants, seront devant le volant des autobus scolaires du District scolaire francophone Nord-Est. La responsable du transport au DSF-Nord-Est, Anne-Marie Haché, mentionne que tous les pilotes suivent une formation d’une semaine en classe, ainsi que 30 heures de conduite avec les professionnels du district scolaire. L’objectif de ces formations selon elle est d’assurer le maximum de sécurité aux élèves à bord des autobus.

Chaque année, les conducteurs d’autobus scolaires du DSF-Nord-Est écrivent des rapports d’incidents concernant les véhicules qui les dépassent lorsque les feux rouges intermittents sont en fonction.

«Cela est certes problématique en raison du danger que cela représente. Les conducteirs sont responsables de rapporter toutes infractions au bureau et à la police.»

«Certains conducteurs de véhicule vont aussi effectuer un dépassement dans une cour d’école lorsque les feux sont activés pour l’embarquement et le débarquement des élèves, ce qui est très dangereux», de déclarer Mme Haché.