Centre civique de Campbellton: les frais pour non-résidents dévoilés

Après des jours d’attente, la nouvelle est tombée. Il en coûtera finalement 200$ par personne pour faire l’acquisition de la fameuse carte loisir exigée pour avoir accès aux programmes offerts au Centre civique Memorial de Campbellton.

La Ville de Campbellton a dévoilé, vendredi matin, les modalités de sa politique concernant les frais aux usagers pour non-résidents.

Au départ, la Ville avait annoncé que les tarifs tourneraient de 500$ à 1000$ par individu. Ce prix a été abaissé à 200$ pour cette saison. Le conseil a pris cette décision afin «d’offrir une période d’ajustement et du temps pour d’autres négociations» en vue d’un consensus régional sur le financement du centre.

Les familles non résidentes de quatre personnes (deux adultes et deux enfants) obtiendront un rabais de 100$ sur le coût total et un rabais supplémentaire de 100$ sur chaque enfant additionnel.

L’abonnement sera requis pour les activités publiques (baignade, patinage libre, courts de squash, piste de marche, etc.). Il sera également nécessaire pour s’inscrire à des programmes tels que l’aquafit, les cours de natation, ainsi qu’aux sports tels que le hockey mineur, le patinage artistique, le patinage de vitesse.

Il ne sera pas requis lors d’événements (Promotion Plus, parties des Tigres, concerts, spectacles, etc.), pour certains types de locations (hockey pour adultes, piscine par les écoles, événements du centre de congrès, fêtes d’anniversaire), et n’aura aucun impact sur les tournois de hockey. De plus, les locataires ne seront pas touchés, comme l’école de danse et le YMCA.

La nouvelle a été annoncée par le biais d’un communiqué de presse émis par la Ville. La mairesse Stéphanie Anglehart-Paulin indique que la décision a été prise «dans le meilleur intérêt des contribuables de Campbellton».

La Ville affirme que son infrastructure sportive a produit un déficit d’opération de 1,2 million $ l’an dernier seulement.

«Nous restons sincèrement engagés à travailler avec les communautés pour minimiser les impacts sur les individus, en particulier les enfants de notre région. Ce type d’entente entre municipalités pour les installations de loisirs prend place fréquemment et nous n’avons aucune raison de croire que nous ne pourrons pas parvenir à trouver un terrain d’entente», ajoute-t-elle.

Les cartes seront disponibles à partir du lundi 10 septembre. Pour ce qui est des résidents de Campbellton, ils recevront leur abonnement sans frais, tout comme ceux de la municipalité de Tide Head (qui a déboursé un certain montant cette année) et ceux de Dalhousie (ville qui possède des infrastructures similaires).

Mécontentement au patinage de vitesse

Mélanie Charlong est la présidente du club de patinage de vitesse Les Comètes du Restigouche. Citoyenne de Campbellton, elle dit croire dans le principe du partage des coûts, soit que toute la région devrait contribuer au financement d’infrastructures sportives cruciales comme le Centre civique Memorial ou le Palais des glaces/Récréaplex de Dalhousie.

Mais d’ici à l’obtention d’un tel consensus régional, elle aurait préféré le statu quo. Elle craint en effet que l’imposition de coûts additionnels risque de compromettre le développement sportif des jeunes Restigouchois.

Son club compte un peu moins d’une trentaine de patineurs, dont la moitié provient de l’extérieur de la Ville.

«Nous avons des patineurs de partout, de Dalhousie à St-Omer, au Québec. S’il faut que j’exige d’eux ce montant, j’ai bien peur que cela fasse fuir la moitié de ma clientèle. 200$, c’est plus que nos droits d’inscription», exprime-t-elle non sans inquiétude face à la prochaine saison.

Mme Charlong déplore par-dessus tout que plusieurs groupes semblent exclus de cette politique.

«Ça nous affecte, mais pas les classes de judo ou de danse (des entreprises privées) – qui elles aussi sont composées de participants provenant de partout – sous prétexte qu’elles louent des locaux. Mais c’est ce que l’on fait nous aussi. On loue la patinoire. On ne touche pas non plus au hockey pour adultes. Bref, lorsqu’on regarde ça de près, cette mesure aura surtout des impacts sur les plus grosses familles, les jeunes enfants et les personnes âgées, toutes des clientèles vulnérables au niveau financier», fait-elle part.

Cette décision tombe au moment où son club vient d’obtenir l’organisation du Championnat de patinage de vitesse de l’Est du Canada en mars 2019.

«On va louer le Centre civique Memorial pendant quelques jours, faire venir ici plein de monde de partout. Ça va aider la bâtisse, les commerces en ville. Et au même moment, la Ville arrive avec une politique semblable qui risque de nous priver d’athlètes? C’est décevant», dit-elle.

Le hockey mineur pourrait défier la Ville

Sur sa page web, l’Association de hockey mineur Restigouche-Nord a laissé planer qu’elle entend tenir tête à la Ville dans ce dossier. Elle n’aurait ainsi pas l’intention de partager sa liste de joueurs ni leur provenance avec la Ville.

«L’information de nos clients est étroitement liée aux affaires du hockey mineur, de Hockey NB et de Hockey Canada et elle ne sera pas partagée avec aucune autre partie. Notre objectif est l’inscription de nos membres et non la collection pour la Ville», prévient le conseil d’administration, rappelant qu’il avait agi de la sorte également lorsque Dalhousie avait appliqué sa politique de droits aux usagers.