Sur une lancée, le Parti vert a espoir de faire des gains au N.-B.

Après avoir fait des avancées dans de récentes élections provinciales à travers le Canada, le Parti vert cherche à obtenir de nouveaux gains lors du scrutin au Nouveau-Brunswick le mois prochain.

À l’heure actuelle, le chef du Parti vert provincial, David Coon, est le seul membre de son parti à la législature depuis son élection en 2014, et le politologue Tom Bateman estime que M. Coon est en bonne voie d’être réélu.

Le parti se concentre sur quelques circonscriptions clés. Parmi celles-ci, la circonscription de Kent-Nord, où le candidat Kevin Arseneault tente de déloger les libéraux. Il a révélé dans les médias sociaux dans les derniers jours le résultat d’un sondage dans sa circonscription qui révèle qu’il occupe présentement le deuxième rang dans les intentions de vote, non loin du candidat libéral.

M. Arseneault est fermier. Il est aussi un ancien président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

La chef du Parti vert fédéral, Elizabeth May, participe à la campagne au Nouveau-Brunswick cette semaine.

Mme May a dit avoir très bon espoir de revoir M. Coon à l’Assemblée législative avec un caucus de députés verts.

Mme May a passé deux jours à faire campagne avec M. Coon dans sa circonscription de Fredericton-Sud et avec Megan Mitton, la candidate du parti dans la circonscription de Memramcook-Tantramar, dans le secteur de Sackville.

À la dissolution, l’assemblée était constituée de 24 libéraux, 22 progressistes-conservateurs, en plus d’un vert, un indépendant et un siège vacant.