Le travail et la santé au coeur des élections

À trois semaines des élections, les politiciens néo-brunswickois ont annoncé des engagements en matière de travail et de santé, lundi.

Le chef libéral, Brian Gallant, a promis que, s’il était reconduit au pouvoir le 24 septembre, son parti moderniserait les lois du travail de la province, dont la Loi sur les normes d’emploi et la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail, en collaboration avec le comité directeur des relations syndicales-gouvernementales et d’autres acteurs du milieu.

« Faire en sorte que les travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick sont bien soutenus et protégés contribuera à faire croître une économie équitable pour tous et toutes », a déclaré M. Gallant dans un communiqué.

Le premier ministre sortant a aussi récemment fait part de son intention de porter le salaire minimum de 11,25 $ l’heure à 14 $ l’heure d’ici 2022.

Durant son précédent mandat, le gouvernement libéral avait annoncé avoir commencé à offrir des congés payés et la protection d’emploi aux victimes de violence familiale, conjugale et sexuelle, et ajouté des protections contre le harcèlement et la violence au travail à la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail, en plus d’appuyer l’amélioration du Régime des pensions du Canada.

Pendant le long week-end, les progressistes-conservateurs ont pour leur part centré leur campagne sur l’enjeu de la santé, s’engageant lundi après-midi à réduire de moitié le temps d’attente avant d’obtenir une chirurgie gynécologique et un remplacement de la hanche ou du genou.

Pour ce faire, le chef Blaine Higgs compte recruter davantage de médecins, former plus d’infirmières et utiliser les nouvelles technologies pour diriger les patients vers les soins adéquats.

Le parti a dit vouloir investir 23,9 millions $ au cours des quatre prochaines années afin d’embaucher 10 spécialistes, huit médecins de famille et six auxiliaires médicaux.

« Les Néo-Brunswickois méritent des soins de santé de classe mondiale, a affirmé M. Higgs dans un communiqué. Retarder l’accès à des soins en raison de la mauvaise gestion du gouvernement ajoute inutilement des coûts, mais surtout, de la souffrance. »

De son côté, le chef du Parti vert, David Coon, prévoit lancer le plan de développement économique de sa formation mardi matin.

Quant à la leader du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick, Jennifer McKenzie, elle a passé le long week-end à parler d’équité salariale et du salaire minimum à 15 $ l’heure.