Oktoberfest: le succès de tout un village

En moins de dix ans, la municipalité de Bertrand, dans la Péninsule acadienne, est parvenue à mettre sur pied l’un des rendez-vous annuels les plus attendus dans le nord du Nouveau-Brunswick. Quelle est la recette du succès de l’Oktoberfest des Acadiens? L’Acadie Nouvelle en a discuté avec Bernard Frigault, directeur général de l’événement.

Après un week-end de festivités, la poussière est retombée à Bertrand. Vendredi, un peu moins de 4000 personnes étaient rassemblées sous le grand chapiteau pour entendre le chanteur gaspésien, Kevin Parent, High Voltage, un groupe hommage à AC/DC et Sonic 5, un groupe de reprises de succès top 40.

Les autres activités de l’Oktoberfest se sont avérées tout aussi populaires. Samedi, près de 3000 personnes ont assisté au spectacle de Paulina Grace, Honeymoon Suite et Highway Stars. Samedi et dimanche après-midi, ils étaient presque autant à découvrir une centaine de produits lors des Grandes dégustations et profiter des nombreuses activités familiales.

Au total, près de 13 500 personnes ont visité le site du 9e Oktoberfest des Acadiens.

Rien de cela n’aurait été possible sans l’appui de quelque 265 bénévoles, reconnaît Bernard Frigault. Ce sont les meilleurs ambassadeurs de l’Oktoberfest, ajoute-t-il.

«On veut que les bénévoles sentent qu’on a besoin d’eux. On veut qu’ils se sentent importants, parce qu’ils sont importants. Tout le monde ici est un ‘VIP’.»

Plusieurs résidents de la municipalité mettent la main à la pâte pour aider les organisateurs. Un exemple parmi plusieurs: chaque année, un résident du village permet à plusieurs centaines de voitures de se stationner gratuitement sur son terrain privé.

«Je pense que c’est l’accueil qui fait que les gens se sentent bien. Au départ, on a coulé la fondation en béton assez solidement. Les gens ont bâti les murs eux-mêmes.»

Jean-Maurice Thériault est bénévole à l’Oktoberfest depuis 8 ans. Le bénévolat coule dans les veines de l’homme originaire de Bertrand.

«Quand Bernard a commencé l’Oktoberfest, automatiquement, j’ai voulu participer. J’étais à l’extérieur de la région la première année, mais personne n’avait besoin de me le demander. Je me suis porté volontaire pour venir m’amuser et côtoyer les gens. On reçoit beaucoup de commentaires positifs sur l’événement. Tout le monde est chaleureux et cordial. Tout se passe dans l’harmonie.»

Joël Thibodeau est directeur général de la municipalité de Bertrand ainsi qu’un bénévole de longue date. Il a notamment participer à la préparation des kiosques des Grandes dégustations, où les amateurs ont pu découvrir une centaine de produits.

Pour la première fois, une bière artisanale fabriquée à Bertrand y a été présentée. La Brasserie Retro Brewing a lancé ses activités plus tôt cette année.

«C’était notre première année à offrir nos produits sous le chapiteau. C’était intéressant de rencontrer des gens qui voulaient déguster nos bières et de leur expliquer nos concepts de fabrication, comme les petits goûts qui peuvent être perçus.»

L’an prochain, l’événement célébrera son 10e anniversaire. Bernard Frigault songe déjà aux activités qu’il compte présenter à la population. Sans trop en dévoiler, M. Frigault promet notamment d’organiser un spectacle complet de monster trucks. L’un de ces gigantesques camion était sur place cette année et a fait une courte démonstration.

«Je travaille déjà en fonction de notre dixième anniversaire depuis plusieurs mois. On a agrandi le terrain et le chapiteau et ainsi de suite. Je ne veux pas que notre dixième soit gros, je veux qu’il soit énorme!»

Au fil des neuf dernières années, des têtes d’affiche ont transité par Bertrand, dont April Wine, Noir Silence, Grand Dérangement et les Respectables. Chaque année, Bernard Frigault et son équipe laissent libre cours à leur imagination lorsqu’il est question de trouver de nouveaux groupes.

«Je sais combien ça coûte pour avoir Bryan Adams. J’ai déjà vérifié. Je peux aussi te dire que Guns N’Roses demandait 3,4 millions $ lors de leur dernière tournée!»