Blaine Higgs s’engage à en faire plus pour l’alphabétisation

Le Parti progressiste-conservateur à améliorer le faible taux d’alphabétisation de la province s’il est porté au pouvoir le 24 septembre.

Le chef progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a jugé jeudi que le taux d’alphabétisation de la province était embarrassant et insoutenable.

La directrice générale de la Coalition de l’alphabétisation du Nouveau-Brunswick, Linda Homer, estime qu’environ la moitié de la population adulte est «incapable de participer pleinement à la société en raison de faibles compétences en littératie».

«On ne parle pas ici simplement de lire les mots: le monde a changé et la technologie a évolué, nous avons donc besoin de compétences en littératie numérique, de lecture et d’utilisation de documents, ainsi que de compétences informatiques», a déclaré Mme Homer.

Une récente évaluation nationale a constaté que les élèves de 13-14 ans du secondaire au Nouveau-Brunswick lisent moins bien que tous les autres jeunes Canadiens de leur âge, à l’exception de ceux du Manitoba. Par ailleurs, près de 20% des adultes de la province affichent un taux d’alphabétisation inférieur à la moyenne nationale, et la plupart des membres de ce groupe n’ont pas terminé leurs études secondaires.

Blaine Higgs s’engage à faire en sorte que 85% des élèves de la 2e année du Nouveau-Brunswick atteignent ou dépassent les normes de lecture d’ici 2022. En 2015-2016, 75,7% des élèves avaient atteint ce niveau.

Sans s’avancer sur le coût de son engagement, il a détaillé un plan en cinq étapes.

Un gouvernement conservateur lancerait d’abord un «programme d’écoles communautaires», où les écoles de quartiers prioritaires seraient soutenues par des mentors communautaires, ainsi que des activités d’apprentissage et du tutorat.

Il a aussi l’intention de travailler avec divers partenaires afin de créer un «groupe d’alphabétisation du Nouveau-Brunswick», composé «d’enseignants bénévoles formés pour soutenir et aider les étudiants à risque».

L’équipe de M. Higgs offrirait aussi plus de ressources aux parents, en plus d’offrir plus d’occasions aux élèves surdoués.

Enfin, les conservateurs ont l’intention d’«examiner le format des bulletins scolaires», afin de s’assurer qu’ils communiquent adéquatement les informations pertinentes aux parents et aux élèves.

«Les libéraux de Brian Gallant se contentent de dépenser beaucoup d’argent et espèrent que tout ira pour le mieux. Notre équipe est déterminée à dépenser judicieusement pour résoudre des problèmes spécifiques.»

Ghislaine Foulem, présidente du Conseil pour le développement de l’alphabétisme et des compétences des adultes du Nouveau-Brunswick (CODAC NB), salue l’engagement de M. Higgs.

Elle souhaite cependant rappeler au chef du PC que les défis de l’alphabétisation dépassent «le système d’éducation public».

«Le problème ne concerne pas seulement les adultes qui n’ont pas terminé leurs études secondaires. Il y a beaucoup d’adultes qui ne lisent pratiquement pas après leurs études formelles. Il y a des études qui démontrent qu’on perd ces compétences si on ne s’en sert pas.»

Mme Foulem estime que le problème «ne se règle pas en quatre ans», et que les dirigeants de la province doivent avoir une vision à long terme qui comprend la formation continue.

Elle affirme que des initiatives importantes ont été mises en place dans les dernières années, comme la stratégie provinciale de littératie et ses groupes de travail anglophone et francophone. Elle croit cependant qu’il y a encore beaucoup de travail à faire, notamment le fait de corriger les inégalités entre les programmes GED français et anglais.

La présidente de CODAC NB souligne aussi que la communauté francophone et la communauté anglophone font face à de différents défis au niveau de l’alphabétisation, ce qui n’est pas mentionné dans le communiqué de presse des engagements de M. Higgs.

Avec des passages de la Presse canadienne