Rencontre éditoriale: Gallant privilégie une solution permanente au trou noir

L’assurance-emploi, un programme fédéral, s’est récemment imposée comme un enjeu incontournable de la campagne électorale provinciale.

C’est le «trou noir», soit la période sans revenus entre la fin des prestations et la reprise des activités saisonnières, qui retient l’attention dans certaines régions, dont la Péninsule acadienne.

Plus tôt cette semaine, le Parti libéral a promis d’utiliser des fonds provenant d’Ottawa pour aider davantage les travailleurs saisonniers touchés par le phénomène.

En rencontre éditoriale avec l’Acadie Nouvelle, Brian Gallant défend les actions de son gouvernement dans ce dossier, mais il reconnaît qu’il reste encore du chemin à faire et qualifie l’aide offerte de «patchwork» (courtepointe).

«Nous espérons et nous allons travailler fort pour qu’il s’agisse de solutions temporaires et que le gouvernement fédéral trouve une solution permanente», dit-il.

Lorsqu’on lui demande si la solution pourrait par exemple être la création d’un nouveau programme d’assurance-emploi développé sur mesure pour les industries saisonnières, il émet des réserves.

«Je pense que le fédéral doit faire attention. Si jamais il y avait des programmes totalement dédiés, ça pourrait avoir un impact sur nos ententes de libre-échange. Si c’est vu comme des subventions directes pour des industries exportatrices, ça pourrait avoir un impact.»