Rencontre éditoriale: le contrat du lobbyiste du bois d’oeuvre ne sera pas renouvelé

Depuis un peu plus d’un an, le gouvernement du Nouveau-Brunswick se paie les services d’un lobbyiste américain afin de défendre ses intérêts à Washington dans le dossier du bois d’oeuvre.

L’ex-ambassadeur des États-Unis au Canada, David Wilkins, a été nommé en mai 2017. Il reçoit plus de 50 000$ (canadiens) par mois depuis. Son contrat a été prolongé de six mois en avril.

Aujourd’hui, Brian Gallant se dit satisfait du rendement de M. Wilkins, et ce, même si ce dernier n’a pas réussi à convaincre le gouvernement américain d’annuler les droits compensateurs imposés au bois d’oeuvre néo-brunswickois.

«Moi, je juge la performance sur ce qu’il a pu faire en matière de rencontres pour que l’on puisse avancer nos arguments, l’information qu’il peut nous donner pour appuyer nos arguments. Et de ce côté, il a très bien fait. Cela dit, je ne verrais pas que ça irait pour très longtemps dans un deuxième mandat», dit-il.

Lorsque l’on demande à Brian Gallant pendant combien de temps le gouvernement continuera de retenir les services de M. Wilkins – si les libéraux sont reportés au pouvoir le 24 septembre – il répond qu’il n’a pas encore pris la décision.

Il a tout de même un échéancier en tête.

«À l’intérieur de six mois, un an, j’imagine que ce serait probablement terminé», précise-t-il.