Pour les premiers visiteurs du Centre Avenir, «c’est un gros wow!»

L’enthousiasme était palpable parmi les milliers de curieux venus jeter un coup d’oeil au nouveau complexe de Moncton. L’édifice de 113 millions $ a finalement ouvert ses portes pendant la fin de semaine.

C’est Noël en septembre pour Fernand Mallet! Assis dans les gradins, ce passionné de hockey est venu repérer les sièges qu’il a réservés pour la saison. Partisan des Wildcats depuis 1996, il compte assister à tous les matches de l’équipe dans leur toute nouvelle tanière.

«C’est un gros wow», souffle-t-il. «C’est beaucoup plus beau que le Colisée, c’est impressionnant on a l’impression d’être dans un aréna de la LNH en plus petit!»

Fernand Mallet s’est même offert deux espaces de stationnement réservés aux abonnées des Wildcats. Lors des soirs de concerts, il compte privilégier le taxi. «Ça risque d’être difficile de trouver une place les soirs d’événements, je ne préfère pas essayer», s’amuse-t-il.

Le centre Avenir a accueilli ses premiers visiteurs samedi. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Le complexe aux 8 800 sièges a été baptisé Centre Avenir d’après l’entreprise acadienne Audiologie Avenir qui a acquis les droits de dénomination pour 5 ans.

La municipalité espère que le projet servira de catalyseur pour le centre-ville. L’inauguration du centre s’est en tout de suite fait sentir sur la rue Main par la présence de cyclistes et de piétons bien plus nombreux que d’habitude pour une fin de semaine de septembre.

«C’est formidable pour Moncton, ça ouvre beaucoup d’opportunités pour les commerces, pour la culture. La rue Main avait besoin de ça, ça va être une grosse attraction», affirme Denise Gauvin, citoyenne de Dieppe.

La visite lui a fait forte impression. «On ne se croirait pas à Moncton, on a l’impression d’être à Toronto ou Montréal», lance-t-elle.

De nombreux citoyens se sont plaints du manque de stationnement à proximité du centre. Denise Gauvin croit que ses critiques n’ont pas lieu d’être. La résidente a pu trouver une place à moins de trois minutes de marche.

«On n’est pas habitué de marcher à Moncton, mais c’est comme ça que ça se passe dans les grandes villes. Même au Colisée, si tu es au bout du stationnement, c’est une longue marche pour te rendre à la porte… Il faut s’adapter!»

Une séance de yoga faisait partie des premiers rassemblements organisés sur l’esplanade. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Sur la zone destinée à accueillir la patinoire, Joe et Stella Bourque découvrent les lieux en compagnie de leur petite-fille. L’acoustique, l’ambiance, les couleurs, tout est à leur goût. «On vient juste d’arriver et on trouve ça très beau», s’exclame Joe.

Cependant, l’absence de stationnement aux abords du centre a refroidi ce couple de retraités. De là à les décourager d’assister aux futurs événements?

«Le temps le dira, répond Stella. Marcher ce n’est pas pour tout le monde, surtout l’hiver, surtout pour les personnes âgées…»

Dans l’imposant hall d’entrée, les jeunes joueurs des Wildcats s’affairent à signer des autographes.

L’attaquant Adam Capannelli a hâte de déménager dans ce bijou d’architecture. Il se prépare actuellement au match inaugural du 28 septembre alors qu’ils accueilleront les Sea Dogs de Saint-Jean.

Les joueurs des Wildcats lors d’une séance d’autographes destinée aux jeunes partisans. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

«C’est vraiment une installation de pointe, on a très envie d’y jouer, il y a beaucoup d’excitation», confie-t-il.

À noter que le premier événement aura lieu dès mercredi avec la venue de la vedette country Keith Urban.

Le centre Avenir a accueilli ses premiers visiteurs samedi. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre