Émissions polluantes: le procès de Volkswagen commence

Un procès intenté au constructeur automobile allemand Volkswagen par des investisseurs qui estiment avoir été lésés par le scandale des moteurs au diesel truqués a débuté lundi.

Les investisseurs réclament un total de près de 9 milliards d’euros à Volkswagen. Ils reprochent à la compagnie de leur avoir caché l’information dont ils avaient besoin pour décider de ce qu’ils feraient avec leurs actions, avant que le scandale n’éclate au grand jour.

Le titre du constructeur automobile a plongé en septembre 2015, quand l’agence américaine de protection de l’environnement l’a accusé d’avoir manipulé ses émissions diesel.

Le procès qui a débuté lundi devant un tribunal régional de Braunschweig servira de modèles aux procès suivants, selon l’agence de presse allemande dpa. La firme Deka Investments et d’autres investisseurs réclament 4 milliards d’euros à Volkswagen dans cette affaire.

La compagnie assure avoir informé les investisseurs à temps.

Volkswagen a reconnu avoir truqué le logiciel qui contrôle les moteurs afin de donner l’impression qu’ils se conformaient aux normes américaines. Mais lors d’une conduite normale, le moteur produisait jusqu’à 40 fois plus d’émissions polluantes que ce qui était permis.

La compagnie a admis sa culpabilité et accepté de payer des amendes et pénalités totalisant 4,3 milliards $ US. Deux de ses dirigeants ont écopé de peines de prison aux États-Unis; l’ancien PDG Martin Winterkorn est accusé de fraude, mais il ne peut pas être extradé d’Allemagne. Une enquête criminelle se poursuit dans ce pays.

Au total, Volkswagen a mis de côté 27,4 milliards d’euros pour éponger amendes, règlements, rappels et rachats.