Les politiciens ont du pain sur la planche dans Tracadie-Sheila

NDLR: L’Acadie Nouvelle poursuit sa série de portraits de circonscriptions en vue des élections du 24 septembre. Au cours des prochains jours, le journaliste et chroniqueur Pascal Raiche-Nogue vous emmènera sur le terrain afin de vous faire découvrir quelques courses à surveiller.

Le cynisme a la cote dans la circonscription de Tracadie-Sheila, où se dessine une lutte entre l’ancienne garde et la relève. La personne qui l’emportera aura du pain sur la planche pour gagner la confiance de la population.

Murielle Lapointe nous accueille près de son entreprise, la Cantine Chez Mumu, située sur la route 11 à Brantville.

Assise à une table de pique-nique, elle affirme que le trou noir de l’assurance-emploi – cette période sans revenus qui frappe certains travailleurs saisonniers entre la fin des prestations et la reprise des activités – est l’enjeu électoral qu’elle trouve le plus important.

La propriétaire de la Cantine Chez Mumu, à Brantville, Murielle Lapointe, ne sait pas encore pour qui elle va voter. Le trou noir est selon elle l’enjeu électoral le plus important. – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

«Il y a beaucoup de travailleurs saisonniers ici. De nombreuses personnes reçoivent des prestations de l’assurance-emploi. Ça rapporte beaucoup à la région. Il faudrait que le trou noir soit réglé une fois pour tout.

Murielle Lapointe explique que bon nombre des clients de sa cantine – qui est située dans un véhicule récréatif et qui ferme ses portes de novembre à mai – sont des travailleurs saisonniers.

«Ils font vivre mon restaurant. On est une petite communauté et les travailleurs saisonniers me soutiennent à 100%.»

Mais l’assurance-emploi n’est-elle pas gérée par Ottawa? Oui, mais il s’agit selon elle d’un programme trop important pour que les candidats provinciaux ne s’y intéressent pas sérieusement.

«Il faudrait que les élus provinciaux fassent pression sur Ottawa, c’est certain à 100%. Aider les travailleurs saisonniers, ça aide tout le monde. Il n’y a pas beaucoup de monde qui travaille à l’année, ici.»

Murielle Lapointe – qui dit qu’elle ne sait pas encore pour qui elle votera le 24 septembre – souhaite aussi que le gouvernement provincial aide davantage les propriétaires de petites entreprises à créer des emplois.

Elle raconte comment elle a dû se débrouiller seule, l’année dernière, lorsqu’elle s’est lancée en affaires.

Avec un peu d’aide de Fredericton, elle pourrait transformer sa cantine saisonnière – qui a employé huit personnes cet été – en restaurant ouvert toute l’année, dit-elle.

«Les employés que j’ai ici, ils seraient prêts à travailler à l’année.»

L’éducation, la santé et l’agriculture sur le radar à Tracadie

Direction Tracadie, où l’on croise Odette Vienneau près du cinéma. Cette enseignante retraitée de Pointe-à-Tom dit qu’elle a l’éducation à coeur et qu’il s’agit d’un enjeu électoral important.

«Il faut miser sur les métiers. On commence à le faire dans les écoles et c’est très bien. Ce ne sont pas tous les jeunes qui ont les mêmes aptitudes académiques. Il y en a qui sont plus des bardasseux.»

Elle dit qu’elle a «pas mal» décidé pour qui elle va voter. Elle dit ne pas être intéressée à voter pour le candidat néo-démocrate et ne prévoit pas non plus appuyer le Parti progressiste-conservateur.

«Pour les progressistes-conservateurs, il y a Claude Landry. Je l’aime bien et je voterais pour lui, mais je ne voterai pas pour Blaine Higgs à cause de son unilinguisme et de son passé (lors duquel il a notamment milité au sein du CoR Party)»

Il reste donc le candidat libéral.

«Keith Chiasson, je ne l’ai jamais rencontré. Je trouve qu’il n’est pas assez visible. Et Brian Gallant a fait des gaffes, comme la privatisation du Programme extra-mural. Je pense que c’est le meilleur parmi les pires», dit-elle en riant.

Lors de notre rencontre, elle nous a aussi dit avoir des affinités avec le Parti vert, puisqu’elle tient à l’environnement et qu’elle croit que David Coon fait du bon travail, mais pensait que le parti n’avait pas de candidat dans Tracadie-Sheila. Vérification faîte, Nancy Benoît porte bel et bien les couleurs du parti dans cette circonscription.

À quelques mètres de là, on retrouve Normand Haché assis dans un café avec des amis. Cet homme de Tracadie s’intéresse de près à agriculture et compte appuyer le NPD pour la première fois de sa vie.

«Je vote NPD parce que Jennifer McKenzie est venue cogner à ma porte et elle m’a parlé de sa vision pour valoriser la forêt. Ça adonne qu’elle a la même vision que moi.»

Son ami, Marc Noël, souhaite avant tout que les choses changent et trouve que les libéraux et les progressistes-conservateurs sont du pareil au même.

«Ils font des promesses aux gens, mais quand ça vient le temps de les tenir, ils ne les tiennent pas. Je dirais qu’il n’y a que 10 ou 20% des promesses qu’ils peuvent réaliser», affirme cet échafaudeur de Tracadie.

La santé est l’enjeu le plus important à ses yeux.

«Il faut augmenter les soins dans les hôpitaux. Le manque de soins, le manque de spécialistes, il faut régler ça», dit-il en mentionnant aussi le développement économique dans la région comme question prioritaire.

Claude Landry réussira-t-il son retour?

Les pancartes des candidats Claude Landry et Keith Chiasson. – Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

Le député sortant de Tracadie-Sheila, Serge Rousselle, a décidé de ne pas briguer un deuxième mandat. Il était en poste depuis 2014. Son adjoint, Keith Chiasson, reprend le flambeau pour le Parti libéral.

Son principal compétiteur est l’ancien député progressiste-conservateur Claude Landry, qui avait subi une cuisante défaite aux mains de Serge Rousselle en 2014.

Le NPD mise sur Francis Duguay. Ce parti s’est approché de la victoire à une seule reprise dans la circonscription de Tracadie-Sheila au cours de l’histoire récente. C’était en 2010, alors que le chef Roger Duguay était arrivé deuxième avec 32,2% des voix (loin derrière Claude Landry, qui l’avait remporté avec 48,8% des voix).

La candidate verte est Nancy Benoît, qui avait porté la bannière du Parti vert en 2014. Le candidat indépendant Stéphane Richardson est aussi sur les blocs de départ.