«L’industrie du homard pue», selon le groupe de défense des animaux PETA

Le groupe de défense des droits des animaux PETA se lance dans le dossier des odeurs nauséabondes d’Omera Shells, à Richibucto. Il utilise la situation comme tremplin pour promouvoir sa lutte contre la cruauté faite aux homards.

People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) a l’intention de faire voler une publicité aérienne dans Kent ou d’installer une affiche près de l’usine sur lequel est inscrit son slogan contre la cruauté envers les animaux I’m me, not meat (je suis moi, pas de la viande).

Après ses nombreux efforts s’opposant à la cruauté envers les homards aux États-Unis, l’organisme débarque en Acadie.

«L’industrie entière du homard pue. Si quelqu’un est frustré concernant les odeurs émanant de l’usine d’Omera Shells, ils seront peut-être aussi outrés du fait que ces crustacés sensibles sont lancés dans des pots d’eau et bouillis vivants. PETA encourage tous ceux qui s’opposent aux odeurs de l’usine de recyclage de coquilles de fruits de mer à s’attaquer au problème à la source en devenant végétalien», affirme Ingrid Newkirk, président de PETA.

«La campagne de PETA invite tout le monde à considérer la possibilité d’éliminer le homard – et tout autre animal – de leurs assiettes.»

La lutte de PETA contre l’industrie du homard ne date pas d’hier. En 2013, elle a publié une vidéo prise incognito dans laquelle on peut voir un employé d’une usine de transformation au Maine arracher les pattes et la queue d’un homard alors qu’il est encore vivant. L’année suivante, l’usine a perdu un client majeur, et PETA s’est attribué le mérite de l’échec.

Tout récemment, l’organisme a déposé une demande auprès du gouvernement de l’état américain du Maine pour avoir la permission d’installer une pierre tombale près d’une autoroute où des centaines de homards ont perdu la vie dans un accident routier. L’administration routière a refusé la demande, mais l’histoire a fait couler beaucoup d’encre localement.

Il a aussi installé des affiches de I’m Me, not meat dans un important aéroport au Maine durant le festival annuel du homard de l’État.

PETA affirme que les homards sont des individus intelligents qui utilisent des systèmes complexes de signaux afin d’établir des relations sociales. L’organisme ajoute que le crustacé effectue de longs voyages saisonniers, voyageant jusqu’à 160 kilomètres par an.

Il dénonce le fait que les homards continuent d’être bouillis vivants, rappelant que le gouvernement Suisse a interdit cette pratique dans le pays.

Omera Shells a ouvert ses portes à Richibucto dans l’ancienne distillerie Morgan il y a un an et demi. L’entreprise sèche des coquilles de fruits de mer, comme le homard, le crabe des neiges et les crevettes. Elle vend principalement son produit en Chine.

L’entreprise a été créée à la suite de l’annonce d’Opportunité NB concernant une subvention conditionnelle à la création d’emplois de 440 000 $ et d’un prêt à terme de 2,2 millions $. On affirmait que 74 emplois seraient créés à Richibucto.