NPD: financer les programmes sociaux en taxant davantage

Salaire minimum à 15$ l’heure, protection de l’environnement et investissements dans l’éducation et la santé forment les grandes lignes de la plateforme électorale du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick.

Jennifer McKenzie a présenté lundi le programme électoral de sa formation en vue des élections du 24 septembre. En reconstruction depuis la démission de Dominic Cardy, le NPD tente de séduire les électeurs en revenant à ses fondamentaux.

Le parti n’occupe aucun siège à l’Assemblée législative depuis les élections provinciales de 2006.

S’il est élu au gouvernement, le NPD augmenterait le salaire minimum de 1$ l’heure chaque année jusqu’à ce qu’il atteigne 15$ de l’heure. Il souhaite également introduire des congés payés pour tous les employés.

Dans le domaine de la santé, le parti s’engage à rapatrier la gestion du Programme extra-mural, de Télé-Soins, mais aussi d’Ambulance NB au sein du secteur public.

Le NPD s’engage du même coup à ne confier la gestion des nouveaux foyers de soins qu’à des organismes à but non lucratif et à augmenter à 3,5 heures par jour le temps consacré aux soins de chaque résident.

Parmi les autres engagements, on retrouve un meilleur accès aux services de santé mentale, davantage de soins à domicile pour les personnes âgées et la réduction des temps d’attente pour avoir accès à des médecins spécialistes.

Côté éducation, le parti a l’intention d’éliminer les frais de scolarité dans tous les collèges communautaires. Il entend imposer une réduction de 25% des frais de scolarité dans toutes les universités publiques et éliminer les frais d’intérêt sur tous les prêts étudiants existants et futurs pour les résidents du Nouveau-Brunswick.

Un gouvernement NPD instaurerait un moratoire sur toutes les fermetures d’écoles rurales jusqu’à ce qu’une nouvelle politique soit instaurée.

La formation politique prévoit également la création de 4000 nouvelles places préscolaires et de 20 000 nouvelles places en garderie «dans chaque école publique du Nouveau-Brunswick où la demande des parents existe». La garde des enfants serait offerte dans les salles de classe avant l’école et après la fin de la journée scolaire au coût de 10$ par enfant.

Autre promesse: l’équipe de Jennifer McKenzie annonce qu’elle augmentera immédiatement tous les taux d’assistance sociale de 10% et les indexera au coût de la vie.

Sur le plan du développement économique, leur programme prévoit d’éliminer le financement d’Opportunités NB et des programmes de développement régional pour créer une banque d’investissement publique chargée de soutenir le financement des petites et moyennes entreprises.

Les néo-démocrates veulent également imposer une taxe sur le carbone de 30$ la tonne dès 2018 pour atteindre 50$ la tonne après quatre ans. La mesure générerait des revenus estimés de 387 millions $ dès la première année.

Un tiers serait investi dans des projets «d’énergie verte» (éolienne, solaire, marémotrice, hydroélectrique, nucléaire et géothermique), un tiers serait remis aux ménages à faible et moyen revenu et le tiers restant serait investi dans des programmes d’infrastructure verte tels que le transport en commun électrique et un réseau de recharge de véhicules électriques.

Le NPD propose aussi de mettre fin à l’épandage de glyphosate, d’accroître la surface des zones naturelles protégées et de mieux protéger les zones humides.

Signe que le NPD concentre ses efforts dans le Nord-Est, plusieurs propositions ciblent directement la région. Le parti promet de financer le projet d’une route à accès limité entre Janeville et Bertrand et d’étudier l’amélioration de la Route des Ressources entre Saint-Quentin et Bathurst.

La formation soutient également la création d’un Office de commercialisation des bleuets et d’une usine de galvanisation qui desservirait les usines de fabrication de fer et de tôle de la région.

Afin de payer pour ses promesses, le NPD entend hausser les impôts des plus nantis et des grandes entreprises. Les Néo-Brunswickois ayant un revenu imposable de plus de 205 843$ paieront 58.75% de leur revenu en impôt contre 53,3% actuellement.

Le taux d’imposition des sociétés passera de 14% à 16% et l’impôt sur le capital des sociétés financières grimpera de 4% à 6%.

Le NPD souhaite aussi accroître les redevances issues de la coupe forestière et mettre fin à une série de traitements fiscaux spéciaux pour l’industrie sur les propriétés forestières, les terres agricoles et les sites pétroliers.

Le parti prévoit un déficit budgétaire de 189 millions $ lors de la première année qui se transformera en surplus de 69 millions $ au terme du mandat.