Paris: des joueurs de pétanque attaquent un forcené

Un forcené armé d’un couteau et d’une barre de fer qui s’en prenait à des passants a été pris à partie par des joueurs de pétanque tard dimanche soir, en plein coeur de Paris.

Sept personnes ont quand même été blessées. Quatre victimes ont été touchées plus grièvement et on craint pour la vie de l’une d’elles.

Le suspect aurait tout d’abord attaqué quatre personnes à l’extérieur d’un cinéma du 19e arrondissement. Des joueurs de pétanque témoins de la scène auraient alors commencé à le bombarder avec leurs lourdes boules métalliques, dont une qui l’aurait atteint

à la tête, avant que des policiers en civil ne l’arrêtent.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérard Collomb, a salué sur Twitter « la réactivité & le courage dont ont fait preuve nos concitoyens avant que l’auteur ne soit interpellé ».

Un responsable a confié sous le couvert de l’anonymat que le suspect semble être d’origine afghane. Rien ne permet de croire à une attaque terroriste pour le moment.

Boudjema Hamani a raconté à l’Associated Press qu’il jouait à la pétanque avec deux amis quand ils ont vu des gens courir et crier, « attention, il a un couteau! »

M. Hamani et ses amis ont alors pris le suspect en chasse en lui lançant leurs boules, pendant que l’homme continuait à essayer de poignarder des passants.

« Évidemment que c’est épeurant. Nous sommes des êtres humains, nous ne sommes pas Superman, donc si on est poignardés on va mourir (…) Mais nous n’avons pas eu le temps d’y penser. Nous avions nos boules (de pétanque) avec nous, donc nous étions armés, comme lui », a dit M. Hamani.

Un autre homme, Reda Smain, a éventuellement réussi à s’emparer du couteau de 40 centimètres. Il a raconté au réseau BFMTV le fil des événements.

« Par derrière lui je lui ai mis un coup sur le bras gauche où il avait son couteau qui n’est malheureusement pas tombé, a-t-il dit. Je me suis alors jeté sur le couteau dans sa main et j’ai réussi à lui enlever. J’ai serré l’assaillant et je suis tombé avec lui et je l’ai assommé pendant 30 ou 40 secondes. »

Les témoins ont maîtrisé le suspect jusqu’à ce que les policiers arrivent quelques minutes plus tard.