Sondage Léger/Acadie Nouvelle: l’élection est encore loin d’être jouée

Un sondage réalisé par la firme Léger pour l’Acadie Nouvelle apporte un nouvel éclairage sur l’évolution de la campagne. Les francophones pourraient bien être l’une des clés du rendez-vous électoral du 24 septembre dont l’issue apparaît de plus en plus incertaine.

Selon ce nouveau coup de sonde réalisé du 7 au 11 septembre par la firme Léger, le Parti libéral récolte 41% des appuis chez les électeurs décidés ou qui penchent en faveur d’une formation politique.

De son côté, le Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs recueille la faveur de 32% de l’électorat. 10% des sondés décidés ou qui ont exprimé une préférence donneraient leur voix à l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick. La formation de Kris Austin n’est jamais apparue en aussi bonne posture dans les sondages électoraux.

Le Parti vert de David Coon et le Nouveau Parti démocratique de Jennifer McKenzie sont à égalité avec 8% d’intentions de vote. 7% des personnes interrogées disent ne pas avoir fait de choix et 8% des sondés refusent de dévoiler leur préférence.
Ces données confirment la tendance soulevée par un sondage de Corporate Research Associates plus tôt cette semaine: l’écart entre libéraux et progressistes-conservateurs se resserre.

«Si l’élection avait lieu aujourd’hui, le Parti libéral l’emporterait. Mais le vote aura lieu dans plus d’une semaine et la tendance n’est pas favorable aux libéraux», analyse Jean-Marc Léger, président de la firme de sondages Léger.

Il soutient que le faible taux de satisfaction de la population à l’égard du gouvernement joue contre les libéraux.

Qui fera pencher la balance?

Une élection est rarement décidée bien avant le jour du vote, rappelle Jean-Marc Léger.

«Les électeurs sont moins loyaux qu’auparavant, le tiers d’entre eux confirment leur choix le dernier week-end. Le danger pour les libéraux c’est que les gens prennent pour acquise la victoire de Gallant (NDLR: 46% des répondants croient que le PL va l’emporter, contre 17% pour le PC). Pour le moment, ils peinent à créer une effervescence.»

Selon lui, l’issue du scrutin dépendra de la capacité de l’équipe au pouvoir à mobiliser l’électorat francophone.

«Le vote francophone est une des clés de l’élection», avance-t-il.

«Si les francophones sont derrière Gallant le jour du scrutin au même niveau où on le mesure actuellement, le gouvernement sera libéral.»

M. Léger estime aussi qu’un engouement en faveur de l’Alliance des gens pourrait nuire au Parti progressiste-conservateur.

«On voit grimper un vote de contestation (surtout dans la région de la capitale) de la part d’électeurs qui ne sont ni satisfaits du gouvernement, ni satisfaits de l’opposition.»

Il prédit cependant que de nombreux citoyens favorables au discours de Kris Austin reporteront leurs voix sur un candidat bleu le jour de l’élection.

«Il y a une notion de vote stratégique. Plus on arrive proche du scrutin, plus ça risque de s’effriter. Plus l’écart se resserre, plus ça joue en défaveur des petits partis.»

Le sondage a été mené sur internet auprès de 500 électeurs néo-brunswickois, recrutés aléatoirement à partir d’un panel représentatif des caractéristiques de la population.

Débats importants

De plus, seuls 61% des sondés ayant l’intention de voter libéral affirment qu’il s’agit d’un choix définitif, contre 73% des partisans du Parti progressiste-conservateur. Cela fait dire à Jean-Marc Léger que le vote en faveur de l’opposition officielle est «plus solide» tandis que le vote libéral est plus «mou».

Les débats télévisés (il y en aura deux vendredi) pourraient-ils rebrasser les cartes?

«C’est la dernière chance pour les progressistes-conservateurs de marquer des points, souligne Jean-Marc Léger. La campagne commence vraiment lors du débat, c’est un moment où l’électeur est disponible, ou il peut changer d’idée. Et bien souvent, le débat sur le débat est aussi important que le débat lui-même.»

Autre enseignement intéressant, tous les chefs sont moins populaires que leur parti. À la question «Lequel des chefs de partis politiques provinciaux ferait le meilleur premier ministre du Nouveau-Brunswick?», 28% des répondants placent Brian Gallant en tête, contre 11% pour Blaine Higgs, 8% pour David Coon, 7% pour Kris Austin et 6% pour Jennifer McKenzie.

«Il y a un problème de crédibilité chez les chefs», observe M. Léger.

Clivage linguistique, régional et générationnel

Les résultats du sondage illustrent encore une fois les préférences politiques propres aux deux communautés linguistiques. 64% des francophones interrogés disent qu’ils voteraient pour les libéraux contre 33% des anglophones. Le parti de Blaine Higgs ne recueille que 14% des intentions de vote parmi les francophones contre 39% chez les anglophones.

Les rouges semblent détenir une avance confortable dans la région de Moncton avec 16 points de pourcentage de plus que les bleus. À Saint-Jean, libéraux (41%) et progressistes-conservateurs (40%) sont au coude-à-coude. En revanche, la lutte s’annonce intéressante à Fredericton où le paysage politique pourrait bien être bouleversé au lendemain du 24 septembre. Le Parti libéral (23%) y est devancé par la formation de Blaine Higgs (33%) et même par l’Alliance des gens qui recueille 26% des intentions de vote. Dans la capitale, bastion du député David Coon, le Parti vert n’obtient que 8% des appuis.

Notons également que le Parti progressiste-conservateur séduit davantage chez les personnes âgées, lesquelles votent normalement en plus grand nombre. Il récolte 36% d’intentions de vote chez le plus de 55 ans contre seulement 24% parmi les 18-34 ans.