Un chien tué par un autre pendant une promenade à Bathurst

Le 12 septembre dernier, Christine Landry promenait ses deux chiens comme à son habitude, sur la rue St. Patrick, à Bathurst. Tout à coup, l’un deux a été sauvagement attaqué par un autre chien. Il n’a pas survécu à l’agression. Il a dû être euthanasié.

Le petit chien de race Yorkshire mélangé avec Bichon maltais a été attaqué par un chien qui aurait échappé à l’attention de son propriétaire alors que la porte de la maison était ouverte. Selon Serge Lessard, le conjoint de Mme Landry, leur chien a été mordu à plusieurs reprises.

«Ma femme a crié plusieurs fois. Le propriétaire ainsi que deux autres personnes de la maison sont intervenus pour mettre fin à l’attaque. Ils sont retournés dans leur maison avec leur chien et ont laissé ma femme seule sur le trottoir. »

«Notre chien a subi plusieurs fractures de côtes et de la colonne vertébrale, ainsi qu’un poumon perforé. Le propriétaire du chien a dit à mon épouse que ce n’est pas la première fois que son chien en blesser un autre.»

«On a euthanasié notre chien le jeudi dernier. J’ai pu identifier la race de leur chien (Staffordshire Bull Terrier) et il est sur la liste des chiens les plus dangereux de la province», affirme M. Lessard.

Plainte à la police

M. Lessard  a contacté la Force policière de Bathurst pour porter plainte. On lui a suggéré de se tourner vers la SPCA.

«Il y a des lois pour gérer ces chiens, mais la police et la Ville ne font rien pour les faire respecter. C’est dangereux d’avoir un chien comme cela dans un quartier résidentiel.»

«On a fait un rapport auprès de la SPCA. Des agents se sont rendus chez le propriétaire dans l’intention de prendre le chien et le mettre en quarantaine pour dix jours afin de voir s’il n’a pas la rage. Le propriétaire du chien n’a pas voulu.»

Jeff Chiasson, membre de la force de police de Bathurst, mentionne qu’il n’y a pas d’accusations prévues dans le Code criminel lorsqu’un chien en attaque un autre. Par contre, lorsqu’un chien mord un humain, des accusations peuvent être portées.

«Dans cette situation particulière, c’est la SPCA qui est responsable de faire un rapport. Si elle voit qu’il y a eu un acte criminel, à ce moment la police fera une enquête.»

Au niveau de la SPCA, sa présidente, Janet Doucet, mentionne qu’elle ne fera pas de commentaires pendant la durée de l’enquête.

Le directeur des communications de la Ville de Bathurst, Luc Foulem confirme qu’une plainte a été déposée à ce sujet auprès de la Force policière de Bathurst.

«Ce dossier sera suivi par les instances locales de contrôle des animaux, conformément à l’arrêté municipal de la Ville de Bathurst, régissant la garde et le contrôle des animaux de compagnie.»

M. Lessard confie qu’il a l’intention d’intenter une poursuite contre les propriétaires du chien qui est à l’origine de l’attaque.