Restigouche: balayage libéral

La grogne à l’endroit du service ambulancier et du système hospitalier dans la portion ouest de sa circonscription n’aura pas été suffisante pour empêcher le libéral Gilles LePage de mettre la main sur un second mandat.

Et sa victoire aura été aussi convaincante que la précédente en 2014 où il avait carrément éclipsé la concurrence, quoique moins étincelante. Cette fois, il aura en effet perdu quelques plumes, terminant la campagne avec 3000 voix contre près de 5000 lors de l’élection précédente.

Il va de soi qu’avec les résultats provinciaux, la victoire n’a pas la même saveur.

«Je suis très fier de mes réalisations dans ma circonscription et ce semble aussi être le cas de mes citoyens puisqu’ils m’ont redonné leur appui. J’étais prêt à en faire autant au cours des quatre prochaines années au sein d’un gouvernement majoritaire. Maintenant, avec le paysage politique actuel, ça risque d’être vraiment plus difficile, mais je vais tout de même travailler avec le gouvernement en place afin de faire avancer les intérêts des gens de ma  circonscription et de toute la province», a commenté ce dernier à chaud après sa victoire, cachant mal sa déception.

«On a livré un message provincial en matière de santé, d’éducation et de création d’emplois. Ce message a passé dans le nord, mais malheureusement pas dans le sud. On a maintenant du pain sur la planche. Dès demain matin (mardi), on se prépare pour la suite des choses», a-t-il ajouté.

Candidat indépendant lors de l’élection précédente, Charles Thériault a cette fois endossé l’idéologie des verts. Il est arrivé bon deuxième avec 1700 voies.

Le candidat conservateur David Moreau – sélectionné sur le tard – n’a jamais su s’imposer dans cette campagne (804 voies), tout comme les candidats du NPD et du parti KISS.

Campbellton-Dalhousie

Une lutte intéressante se dessinait dans la circonscription de Campbellton-Dalhousie, anciennement détenue par le libéral Donald Arseneault. Elle mettait notamment en scène l’ancien chef de campagne de ce dernier, Guy Arseneault, et la conseillère municipale de Campbellton, Diane Cyr, porte-couleur du Parti conservateur.

Le libéral Guy Arseneault fait son entrée à l’Assemblée législative suite à une victoire sans équivoque dans Campbellton-Dalhousie. – Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert

En dépit d’une belle lutte, cette dernière s’est inclinée face à Arseneault qui a remporté une vaste majorité avec 3718 voies contre 1761.

«C’est une victoire que je partage avec toute mon équipe», a souligné le gagnant pour qui il s’agit d’un retour en politique active, lui qui a été député libéral sur la scène fédérale à la fin des années 1990.

«Ce retour en politique était important pour moi, car j’aime ma région et je tiens à la faire avancer. Maintenant, le travail commence. On va tenter de créer un esprit d’équipe avec les élus en poste, que ce soit les élus municipaux, mes collègues provinciaux et même ceux du fédéral. Car les défis ici sont grands et on doit tous naviguer dans la même direction si on veut faire avancer notre région. Car peu importe la carte provinciale avec laquelle on se retrouvera à la fin, les problèmes que l’on connaît ici seront les mêmes et on doit en trouver les solutions», dit-il

À noter que la circonscription présentait également un candidat de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, le seul au nord de la province. Ce dernier n’aura réussi qu’à convaincre une poignée (558) d’électeurs.

Formalité dans Restigouche-Chaleur

Dans la circonscription de Restigouche-Chaleur, qui va de Blackland jusqu’à Nigadoo, le député libéral sortant, Daniel Guitard, a sans grande surprise remis la main le siège qu’il avait aisément remporté en 2014. Il a répété l’exploit en l’emportant face au conservateur Charles Stewart 3030 voies contre 550. Le vert Mario Comeau et le néo-démocrate Paul Tremblay ont clôturé la marche.

Les espoirs sont grands dans cette partie du nord alors que juste avant le déclenchement des élections, l’équipe de Brian Gallant avait laissé planer la venue possible – dans le secteur du port de Belledune – d’une nouvelle usine de traitement de minerai de fer. Si ce projet se concrétise, il serait question de la création de plusieurs centaines d’emplois, en plus de potentiellement consolider l’avenir de la centrale thermique de l’endroit (grâce à sa conversion possible au gaz, produit dérivé de cette future usine).