Une bonne première journée pour la chasse à l’orignal

La chasse à l’orignal s’est ouverte mardi et, à en juger par les prises, celle-ci risque d’être un franc succès.

Coiffeuse de métier, la conseillère du village de Balmoral, Josée «Doudou» Levesque a troqué ses ciseaux pour le fusil mardi.

Elle et son équipe n’ont pas mis de temps à faire mouche. Dès l’ouverture de la chasse, ils ont abattu un orignal dans la zone 4, quelque part en forêt entre Saint-Jean-Baptiste et Saint-Arthur.

«Une belle bête, environ 500 livres en viande et un panache de 51 pouces», raconte-t-elle fièrement à sa sortie du bureau régional des Ressources naturelles à Campbellton, lieu qui sert aussi de bureau d’enregistrement.

Non loin de là, au concessionnaire automobile Kia d’Atholville, la radio communautaire locale (CIMS 104 FM) procède à son «recensement» annuel des bêtes abattues. L’activité est populaire.

L’année dernière, quelque 150 orignaux ont défilé sous les yeux des animateurs durant la semaine. Dans le stationnement, les chasseurs font la file afin de présenter leur trophée. On y rencontre André Lanteigne, autrefois de Caraquet, qui demeure aujourd’hui à Campbellton. Son groupe et lui ont également abattu leur prise dans la zone 4, plus précisément près d’Adam’s Gulch.

«Il y a de l’orignal en masse là-bas, c’est plein, lance-t-il. Ce matin, les conditions étaient parfaites. C’était ni trop chaud ni trop froid. On a câlé et ça répondait très bien. Puis celui-ci s’est pointé. C’était un bel orignal, de bonne taille, on a donc décidé de tirer», raconte le chasseur qui revient, lui aussi, avec une prise frôlant les 500 livres.

Le groupe d’André Lanteigne (au centre) a touché la cible dès la première journée de la chasse à l’orignal. Détenteurs d’une seconde licence, les chasseurs sont repartis en forêt immédiatement après avoir enregistré leur bête. – Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert

Grand amateur de chasse, il tente sa chance tous les ans au tirage. L’aventure n’est toutefois pas terminée pour lui et sa bande pour cette année puisqu’ils doivent retourner prêter main-forte à des amis.

«On vient régler les choses pour cet orignal et on repart tout de suite en forêt», explique-t-il.

Cette année, le ministère de l’Énergie et des Ressources a émis 4465 licences pour la chasse à l’orignal. Il avait reçu… 60 053 demandes d’application!

L’an dernier, la récolte avait été exceptionnelle. Il s’agissait – avec 3801 orignaux abattus (366 de plus qu’en 2016) – d’une récolte record, le précédent record datant de 2015 avec 3729 bêtes.

À quoi faut-il s’attendre cette année? Selon Bruno Pelletier, superviseur du bureau régional des Ressources naturelles à Campbellton, on semble sur la bonne voie pour égaler – sinon même dépasser – la récolte de 2017.

«On a enregistré jusqu’à présent 29 orignaux alors que nous en avions 30 l’an dernier à notre première journée. On devrait sans trop de difficultés atteindre la quarantaine d’ici la fermeture de nos bureaux à 21h, et donc dépasser facilement les chiffres de l’année dernière. Des chiffres qui étaient excellents. Si le rythme se maintient comme ça toute la semaine, on se dirige vers une très bonne saison, un autre record peut-être bien, du moins chez nous, à notre bureau», a confié l’agent en début d’après-midi.

Il précise que ce record s’établit à 227 et qu’il fut atteint l’an dernier.

Selon lui, les conditions sont idéales en forêt pour la période de la chasse. Depuis quelques jours, les soirées sont froides, les matins très frais et le mercure ne grimpe pas trop haut en journée, ce qui fait toute la différence pour la chasse.

«Et pour avoir été sur le terrain, je peux dire que le cheptel est en santé, il se porte bien. Ce ne sont pas les orignaux qui manquent en ce moment dans les bois. D’ailleurs, le ministère n’émet pas le nombre de licences pour la chasse à la légère. Il se base sur des données et des études très pointilleuses avant d’émettre un nombre. On veut s’assurer que la chasse soit une activité durable, que ça ne nuise pas à l’espèce», dit-il.

La chasse a pris son envol mardi matin et se terminera samedi (29 septembre) à la noirceur.