Le Hells Pit Martin saura jeudi s’il retrouvera sa liberté

L’audience de remise en liberté d’Emery «Pit» Martin, un membre en règle des Hells Angels, a commencé lundi et se poursuivra jusqu’à jeudi au palais de justice de Bathurst.

Une ordonnance de non-publication imposée par le juge Donald J. LeBlanc interdit toutefois de rapporter le contenu des audiences.

Emery Joseph Martin, âgé de 57 ans, de Sainte-Anne-de-Madawaska, a été arrêté le 25 juin  sur la Transcanadienne, près de Rivière-Verte. Plusieurs accusations ont été portées contre lui, dont complot de trafic de cocaïne, trafic de cocaïne ainsi que complot en vue de posséder de la cocaïne dans le but d’en faire le trafic.

Emery «Pit» Martin est le premier membre des Hells Angels à être arrêté dans le cadre de l’enquête en cours sur le trafic de cocaïne dans la Péninsule acadienne et dans les comtés de Restigouche, du Madawaska et de Victoria, explique la caporale Jullie Rogers-Marsh, de la GRC au Nouveau-Brunswick.

Les enquêteurs du Groupe fédéral des crimes graves et du crime organisé ont déterminé que la drogue entrant dans la province provenait des Hells Angels du Québec.

Depuis le 25 avril, 15 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête.

La GRC au Nouveau-Brunswick continue de collaborer avec d’autres services de police et le gouvernement provincial afin de perturber et de démanteler les réseaux de criminels organisés, dont les activités illicites nuisent aux collectivités de la province.