Moncton accorde une subvention de 150 000$ à l’UFC

Le conseil municipal de Moncton approuve le versement d’une subvention de 150 000$ pour la tenue de combats d’arts martiaux mixtes de l’Ultimate Fighting Championship au Centre Avenir, le 27 octobre.

L’utilisation de fonds publics pour faire venir cet événement sportif à Moncton a fait débat lors de la réunion de lundi.

La Ville de Moncton déboursera 100 000$ en frais de soumission, 50 000 $ viendront du comité Événements Moncton, qui tire le plus gros de son budget de fonds provinciaux, tandis que l’entreprise SMG Canada, qui gère le complexe déboursera 100 000$.

Les conseillers Paul Pellerin et Paulette Thériault se sont tous deux opposés à la proposition, adoptée à 7 votes contre 2.

Plus tôt cette année, les élus de Moncton ont accepté de verser jusqu’à 333 000 $ à l’équipe de basketball professionnel Moncton Magic, en cas de pertes entraînées par son déménagement du Colisée au Centre Avenir.

«Nous sommes sur le point de peut-être accorder une subvention de 333 000$ à une équipe de basketball… et maintenant nous donnons 150 000$ pour commanditer un événement, a fait valoir Paul Pellerin. Je ne dis pas que le contribuable aurait dit non, mais la ville aurait dû expliquer qu’en plus de la construction du centre, ils devraient aussi subventionner une équipe et des événements.»

Le conseiller se demande pourquoi SMG Canada, qui gère la venue des événements, ne peut pas assumer l’entièreté des coûts associés à la tenue de l’événement et l’inclure dans le prix des billets. Le prix d’une place varie entre 78 $ et 1381 $, rappelle-t-il. «Est-ce que tous ceux qui organiseront des événements vont venir demander de l’argent à la municipalité? Est-ce que ça va arriver souvent?»

De son côté, le conseiller Greg Turner a souligné que Moncton ne pouvait pas laisser passer cette opportunité. La soirée de combat sera diffusée sur les chaînes Fight Network et TSN au Canada, Fox Sports aux États-Unis, ainsi sur 150 chaînes câblées à travers le globe.

«L’argent ne peut pas acheter ce genre de visibilité, insiste M. Turner. À ce prix-là, nous ne pourrions pas acheter une publicité à la télévision, pourtant nous allons obtenir quelques heures de diffusion à partir de notre Centre Avenir.»

«C’est de l’argent bien dépensé car ça va position Moncton comme un endroit majeur et nous mettre sur la carte pour tous les touristes américains», a renchéri le conseiller Bryan Butler.

Le gestionnaire des sites d’événements, Shane Porter, assure que ce type de subvention est «très courante». Les municipalités Toronto et Calgary, qui accueillent également des combats de l’UFC cette année, ont elles aussi mis la main à la poche, ajoute-t-il.

Selon lui, les retombées économiques pourraient se chiffrer à trois millions de $ et plus, en chambres d’hôtel, restauration et autres.

Quant à Paulette Thériault, son refus est plutôt d’ordre éthique. «Je sais que c’est un excellent générateur de revenus pour la ville, mais en tant que femme, en tant que grand-mère, j’ai des réserves quant à ce type de sport – et je ne pense même pas que cela devrait être un sport», dit-elle.