Moncton: le Centre familial St. Patrick’s pourra rouvrir ses portes

Le Centre familial St. Patrick’s pourra rouvrir ses portes à Moncton, mais ça ne se fera pas immédiatement. Après avoir abruptement fermé cet été, les membres ont autorisé la vente de l’endroit, mardi soir, pour qu’il soit opéré sous une nouvelle administration.

Le centre familial St. Patrick’s a ouvert ses portes en 1964. Depuis près de 55 ans, le centre permet à ses membres de se tenir en forme à un prix abordable en plus de créer un endroit où la communauté peut se rencontrer. Certains y ont appris à nager, d’autres s’y entraînaient et des parents y faisaient garder leurs enfants.

En juillet, tous ces gens ont appris que leur bien aimé centre devait fermer. L’endroit était en bien mauvaise posture financière. Une dette de plus de 100 000$ avait été accumulée et des rénovations évaluées à plus de 1 million $ étaient nécessaires. Le directeur général a claqué la porte et l’assureur a annulé la police d’assurance de l’édifice.

Les Amis de St. Pat’s, un groupe formé d’anciens membres, ont décidé de ne pas jeter l’éponge alors que des membres de l’ancien conseil d’administration ont travaillé en arrière-scène avec un avocat de Moncton, Robert Basque, afin de trouver un nouveau propriétaire pour le centre.

Mardi soir, les membres été appelé à se prononcer sur une solution apportée par les deux membres restants du conseil d’administration du centre familial. Sur les 300 membres, 50 étaient présents.

Trois offres d’achat ont été présentées aux membres, dont une de 2,4 millions $ de Partenaire Dumont, un organisme à but non lucratif du Centre hospitalier universitaire Dr.-George-L-Dumont. Assez rapidement, l’audience a favorisé la proposition de Heritage Ressources.

L’entreprise de développement immobilier de Moncton a proposé d’acheter le centre pour la somme de 1,9 million $ et de louer l’édifice au Centre familial St. Patrick’s pour la somme de 1$ par année sur une période de 20 ans.

Avec leurs cartons verts bien hauts, la majorité des membres ont appuyé la vente du centre à Heritage Resources.

Dick Carpenter est le propriétaire de cette entreprise. Comme plusieurs autres, il a appris à nager au St. Pat’s. Il souhaite, simplement, par son investissement voir les gens profiter encore de ce centre.

«Ça me fait sentir bien. C’est une bonne chose. Lorsque vous êtes plus vieux. Quand vous avez 72 ans, ce que je n’ai définitivement pas, les gens se sentent un peu plus philanthropiques», a confié l’entrepreneur.

Les prochaines étapes seront de rembourser les dettes du centre et d’entamer les rénovations nécessaires, si possible avant l’hiver. Ensuite, une autre réunion devra avoir lieu afin d’établir un nouveau conseil d’administration.

Mélanie Côté, qui a milité pour la survie du centre familial, est satisfaite de la décision prise par les membres mardi soir. Elle a elle-même levé son carton vert pour voter en faveur de la vente. Elle aimerait cependant voir un conseil d’administration se former le plus rapidement possible.

«On aurait aimé avoir un transfert de pouvoir plus rapide, un nouveau conseil temporaire qui aurait pu prendre les décisions. On a proposé une motion pour tenir une assemblée dans 30 jours, ç’a été ignoré. C’est vraiment là où il faudra bouger. Il faudra avoir les bonnes personnes en place et je pense qu’il y a de l’intérêt et à bâtir à partir de là», a indiqué Mme Côté à l’Acadie Nouvelle.

Il faudra au moins un an avant que le centre puisse ouvrir de nouveau. Il y aurait entre autres des problèmes de moisissures au niveau de la piscine.