Pour une réduction de la vitesse près du pont J.C. Van Horne

La municipalité de Pointe-à-la-Croix a essuyé un refus de la part du ministère des Transports du Québec dans sa tentative de réduire la vitesse sur l’ensemble de son boulevard Interprovincial.

Le conseil municipal avait effectué une demande pour que la limite de vitesse passe de 70 km/h à 50 km/h sur tout le boulevard, soit de la route 132 jusqu’au pont J.C. Van Horne menant au Nouveau-Brunswick. La réponse à cette requête est arrivée récemment et celle-ci est négative.

«Selon le ministère, les paramètres qui justifieraient une modification de vitesse permise sur cette artère ne sont pas rencontrés. Les limites de vitesse actuellement en vigueur le demeureront donc…du moins pour l’instant», indiqué le maire de l’endroit, Pascal Bujold, qui entend toutefois revenir à la charge dans ce dossier.

La demande de modification de la limite de vitesse a été apportée au conseil par un groupe de citoyens inquiets.

«Il faut savoir que lorsqu’on met une limite, les automobilistes ont souvent tendance à 10, 15 ou même 20 km/h de plus. Dans ce cas-ci, on se retrouve donc avec des vitesses très élevées en plein cœur de la municipalité. Ça devient périlleux de traverser d’un côté à l’autre. Aussi nous avons une piste cyclable ainsi qu’un trottibus (convoi d’enfants marchant vers l’école), donc c’est une demande qui fait plein de sens», poursuit le maire.

Citoyen de la municipalité, Luc L’Italien comprend bien toute l’importance de réduire la vitesse sur ce bout de chemin. Il y a quelques années, sa fille a été heurtée par un véhicule à cet endroit. «Elles étaient quatre en tout à avoir été frappées par le même véhicule. La mienne a depuis une plaque d’acier dans la jambe qui lui rappelle cet accident tous les jours. Ça roule beaucoup trop vite à certains endroits sur le boulevard. Ça doit baisser», a-t-il confié.

Suivant l’insistance de la population du secteur, la municipalité entend relancer le ministère dans ce dossier.