Un entrepreneur spécialisé dans la construction et la réparation de bateaux de bois et en fibre de verre va s’installer dans l’ancienne salaison Gauvin à Paquetville.

Brian Sonier, originaire de Sheila, est en train de conclure la transaction qui lui permettra d’acquérir l’édifice de près de 54 000 pieds carrés des mains de Heritage Management de Moncton. Si tout se déroule comme prévu, il pourrait accueillir ses premiers clients aussitôt que dans deux semaines.

Il s’agira d’un retour dans la région pour cet homme d’affaires qui compte plus d’une trentaine d’années d’expérience dans le domaine naval. Il a possédé une entreprise du genre dans le secteur Sheila qui a été détruite dans un incendie en 1996.

Après 20 ans au Québec, M. Sonier a décidé de chercher un endroit dans la Péninsule acadienne où il pourrait offrir ses services. Il avait le choix entre l’école désaffectée de Saint-Léolin et l’ancienne salaison de Paquetville.

«Nous avons regardé pour l’école avec un partenaire, mais il a hésité. Il fallait aussi changer le zonage (de scolaire à industriel) et il n’y avait de la place que pour quatre bateaux. À Paquetville, l’édifice est déjà dans une zone commerciale et, avec l’espace disponible, il offre un potentiel énorme», a expliqué M. Sonier.

Son commerce devrait créer de 3 à 12 emplois selon la demande, poursuit-il. Déjà, il a eu des appels de propriétaires de bateau intéressés et de personnes désireuses d’y travailler, se réjouit-il.

Le bâtiment de l’ancienne salaison Gauvin fait partie de la petite histoire de Paquetville. Il a été construit avant l’incorporation du village, au milieu des années 1960, avant de fermer ses portes dans les années 1980.

Une usine de textile y a pris place en 1996, mais elle a dû cesser ses opérations en 2011. L’infrastructure a été achetée par Heritage Management de Moncton l’année suivante, avec l’intention de relancer cette industrie, chose qui n’est jamais arrivée.

Une immense affiche à l’entrée du bâtiment expose un prix de vente de 350 000$.

«Cet espace pourrait me permettre d’y entrer jusqu’à 18 bateaux, indique M. Sonier. En hiver, on songe à y entreposer jusqu’à 50 automobiles. C’est un potentiel d’affaires exceptionnel.»

Le directeur général du village de Paquetville, Ghislain Comeau, informe que la municipalité n’a pas été engagée dans les démarches officielles. Il a ajouté que la venue d’une nouvelle entreprise est assurément une bonne nouvelle dans la communauté.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle