Discours du Trône: le gouvernement fait les yeux doux à l’opposition

Le gouvernement de Brian Gallant joue son avenir à Fredericton en présentant un discours du Trône qui fait la part belle au compromis et à la collaboration.

Afin d’obtenir la faveur de l’opposition, les libéraux ont présenté un ordre du jour fortement inspiré des plateformes des autres partis politiques, mardi, à Fredericton.

Ils proposent notamment de s’attaquer à la pénurie de travailleurs paramédicaux, au glyphosate et au déficit budgétaire.

Les libéraux ont aussi mis de l’eau dans leur vin en omettant plusieurs de leurs promesses électorales comme le gel des tarifs d’électricité, l’élargissement du programme de scolarité gratuite et les millions de dollars en investissement dans les infrastructures.

Le Parti libéral doit convaincre au moins quatre députés de l’opposition de voter pour son discours du Trône dans deux semaines afin de demeurer au pouvoir.

«Il sera important que les quatre partis politiques trouvent un terrain d’entente afin de servir les intérêts de la population du Nouveau-Brunswick», a souligné le gouvernement dans le discours qui a été lu par la lieutenante-gouverneure, Jocelyne Roy Vienneau.

Le gouvernement suggère aussi plusieurs initiatives pour modifier le fonctionnement de l’Assemblée législative et faire plus de place aux partis d’opposition.

Les libéraux souhaitent notamment accorder le statut de parti officiel à l’Alliance des gens et au Parti vert même si ceux-ci n’ont pas fait élire suffisamment de députés selon le règlement.

Ils veulent aussi faciliter la tenue de votes libres à l’Assemblée et la comparution de témoins durant l’étude des projets de loi. Ils suggèrent aussi de préparer une partie du budget provincial en comité législatif et devant public en vue d’atteindre l’équilibre budget en 2020-2021, soit un an plus tôt que prévu.

«Notre approche, et l’approche que les gens du Nouveau-Brunswick exigent, c’est de collaborer entre députés. Nous acceptons humblement le résultat des élections. Il faut s’ajuster et c’est ce que nous proposons aujourd’hui», a déclaré le ministre Roger Melanson après la présentation du discours du Trône.

Son chef, le premier ministre Brian Gallant, a été le seul des quatre leaders à ne pas se présenter pour répondre aux questions des médias.

Le discours du Trône contient une panoplie d’initiatives qui ont été proposées par au moins deux des quatre partis politiques durant la campagne électorale, dont la hausse du salaire minimum, l’équité salariale dans le secteur privé, l’augmentation du budget de la vérificatrice générale et l’examen des redevances sur les ressources naturelles.

En santé, le gouvernement propose de faire un examen du système de facturation des médecins et d’élaborer une stratégie de recrutement des professionnels de la santé comme les infirmières et les infirmières-praticiennes.

Le Parti libéral veut aussi créer davantage de centres de santé pour réduire les temps d’attente à l’urgence.

En ce qui concerne les ratées du système ambulancier, le gouvernement suggère qu’un comité parlementaire réalise un examen public du système d’ici au 15 décembre.

Au sujet du glyphosate, le Parti libéral soutient qu’un comité devait étudier la possibilité d’imposer une «interdiction progressive» de cet herbicide qui devrait être «fondée sur des preuves tangibles».

Les municipalités et les propriétaires de logements locatifs pourraient voir certains de leurs souhaits exaucés. Le gouvernement suggère d’étudier la modernisation du régime d’imposition municipale et l’élimination de la double taxation sur les logements locatifs.

Les libéraux veulent également qu’un comité étudie la possibilité de soumettre la population à un plébiscite sur le vote à 16 ans, le vote préférentiel et la représentation proportionnelle lors des élections municipales.

Selon l’agenda législatif, les députés devraient se prononcer officiellement sur le discours du Trône le 2 novembre.

Si les libéraux perdent la confiance de la Chambre, la lieutenante-gouverneure devrait alors demander aux progressistes conservateurs d’essayer de former un gouvernement avec la présentation d’un nouveau discours du Trône.

 

«C’est une belle liste d’épicerie»

La balle est dorénavant dans le camp des partis d’opposition à la suite de la présentation du discours du Trône du gouvernement de Brian Gallant.

Le premier ministre a besoin de l’appui d’au moins quatre députés de l’opposition pour continuer à gouverner après le 2 novembre.

L’ouverture et le ton collaboratif du gouvernement n’ont pas su convaincre le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, qui avait déjà indiqué avant même la présentation du discours que ses troupes voteraient contre.

«Où était tout ça (depuis quatre ans)», a déclaré M. Higgs au sujet des promesses de collaboration du Parti libéral.

«C’est seulement maintenant, à la dernière minute, qu’ils disent qu’ils vont écouter.»

Le discours du Trône des libéraux contient beaucoup de mots comme «étudier» et «examiner», mais bien peu d’actions concrètes, a-t-il analysé.

Blaine Higgs a répété que son parti ne pouvait tout simplement pas faire confiance au gouvernement libéral, peu importe le contenu du discours.

«Ce n’est pas au sujet du discours du Trône. C’est au sujet du manque d’action que nous avons vu depuis quatre ans.»

«On ne peut pas évaluer le discours du Trône en vase clos, ça serait inimaginable et ça serait irresponsable.»

Le chef du Parti vert, David Coon, a confié tout de suite après la présentation du discours du Trône qu’il n’avait pas encore décidé s’il voterait pour ou contre, même si les critiques lui sont venues plus facilement que les éloges.

«C’est une belle liste d’épicerie. Il y a beaucoup de propositions concernant des comités qui devraient étudier des choses, beaucoup d’initiatives inspirées des plateformes des autres, mais peu de détails concernant les objectifs et les échéanciers», a-t-il déploré.

L’absence d’une promesse pour mettre fin à l’entente sur la privatisation de la gestion du Programme extra-mural a particulièrement déçu M. Coon.

Les deux autres députés du Parti vert, Megan Mitton et Kevin Arseneau, ont également indiqué qu’il n’avait pas encore pris leur décision.

Les trois députés de l’Alliance des gens ont l’intention quant à eux de voter en groupe, mais sans encore avoir décidé comment.

«Il y a certainement de bonnes choses dans le discours du Trône, c’est clair. Nous allons devoir réfléchir à beaucoup de choses durant les prochains jours», a indiqué le chef du parti, Kris Austin.

L’examen du système ambulancier promis dans le discours du Trône est toutefois une déception pour l’Alliance, a-t-il dit.

«Je ne suis pas intéressé par un nouvel examen. La dernière chose dont nous avons besoin c’est d’une nouvelle étude qui va se retrouver dans le grand entrepôt des études gouvernementales. Nous avons besoin d’action.»