Discours du Trône: Coon critique, mais indécis

David Coon continue de faire durer le suspense concernant son appui éventuel envers le gouvernement de Brian Gallant après avoir livré une critique acérée du discours du Trône des libéraux.

Le chef du Parti vert n’y est pas allé de main morte, vendredi, lors de sa réponse au discours du Trône du gouvernement.

«L’inaction des quatre dernières années, en dépit des nombreuses déclarations de bonnes intentions, ne m’inspire pas beaucoup confiance quant aux actions concrètes auxquelles pourrait donner lieu ce discours du Trône», a-t-il déclaré.

Comme son homologue du Parti progressiste-conservateur l’avait fait la veille, M. Coon a comparé l’ordre du jour du gouvernement Gallant à une «liste d’épicerie» forte en symbole, mais faible en substance.

Le discours du Trône «est dépourvu de vision et n’est pas en mesure d’apporter le changement que les Néo-Brunswickois recherchent», a-t-il dit.

En matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, le discours ne contient «aucun objectif ferme, aucun échéancier et aucun mécanisme législatif», a-t-il noté.

Il en va de même pour les soins à domicile, la pauvreté et les soins de santé, a déploré le député de Fredericton-Sud.

«Il n’y a aucun engagement à mettre fin à la gestion par le privé de l’extra-mural et des services d’urgence. Où est le changement pour lequel les Néo-Brunswickois ont voté?»

Malgré ces nombreux reproches, le chef du Parti vert n’a pas encore décidé s’il s’opposera à l’ordre du jour du gouvernement lors du vote crucial de jeudi.

«Il y a beaucoup de bonnes choses dans le discours du Trône (…) qui devraient aller de l’avant», a-t-il admis en mêlée de presse après son allocution.

«Je n’ai pas encore pris ma décision. J’ai une semaine pour le faire», a-t-il dit.

Le Parti vert n’imposera pas la discipline de parti lors du vote sur le discours du Trône, ce qui signifie que les députés Megan Mitton et Kevin Arseneau pourraient ne pas voter comme leur chef.

Les libéraux comptent notamment sur l’appui des verts pour remporter le vote de jeudi et se maintenir au pouvoir.

Le Parti libéral n’a réussi à faire élire que 21 députés lors des élections alors que 25 voix sont nécessaires pour remporter un vote à l’Assemblée législative.

Une mise en garde à l’Alliance

Le chef du Parti vert n’a pas été tendre non plus envers l’Alliance des gens durant sa réponse au discours du Trône, vendredi.

Les trois députés de l’Alliance sont les seuls élus à ne pas avoir signé la déclaration d’intention du Parti vert sur les «principes fondamentaux» de la société néo-brunswickoise qui devait servir à guider la coopération entre les députés.

Il est notamment question dans la déclaration des droits des autochtones, de l’égalité réelle des deux communautés linguistiques, du droit à un environnement sain et sécuritaire et du respect de l’autonomie de l’Assemblée législative.

Selon David Coon, les députés ont la responsabilité de «ne pas succomber à la tentation de suivre ceux qui veulent nuire au droit de recevoir des soins de santé d’urgence dans chacune des langues officielles et qui blâment l’accès inégal au service ambulancier dans les communautés rurales sur le dos de la Loi sur les langues officielles plutôt que sur la mauvaise gestion de notre système ambulancier par Medavie et le ministère de la Santé.»

«Nous avons du pain sur la planche, mais pour réellement progresser, nous allons devoir travailler ensemble. Cela veut dire respecter nos différences et les mesures que nous avons mises en place pour protéger les minorités», a déclaré le chef du Parti vert.