CMA 2024: le dépôt des candidatures prolongé jusqu’en janvier

La Société Nationale de l’Acadie a accepté de reporter de trois mois le dépôt officiel des candidatures pour l’obtention du Congrès mondial acadien de 2024.

Jusqu’à présent, deux régions ont soumis leur formulaire d’intérêt de candidature, soit Clare-Argyle en Nouvelle-Écosse, et Baie des Chaleurs, un regroupement composé des régions gaspésiennes de Bonaventure et Avignon ainsi que celles du Restigouche et de Chaleurs côté néo-brunswickois.

C’est d’ailleurs à la demande exprès de ce dernier regroupement que la SNA a accepté de changer la date limite du dépôt de son formulaire de mise en candidature officiel, date initialement prévue pour le 30 octobre.

«On voyait qu’on manquait de temps pour être fin prêt et présenter quelque chose de solide. C’est qu’il s’agit de toute une coordination. On parle de deux provinces, quatre régions. C’est quelque chose de gros que d’organiser un CMA, alors on veut être certain de notre coup», explique le maire de Pointe-à-la-Croix et initiateur du projet, Pascal Bujold.

À la SNA, on concède qu’il s’agit d’une mesure somme tout exceptionnelle. Ceci dit, l’organisation a tout de même demandé, par souci d’équité, à l’autre joueur (Clare-Argyle) s’il était enclin à changer les règles du jeu et à donner un peu plus de temps à leurs adversaires pour s’organiser.

«Et ça ne les dérangeait pas. Tout s’est fait dans un commun accord avec eux et tout le monde était confortable avec cette décision», exprime Véronique Mallet, directrice générale de la SNA, qui ne peut se prononcer à savoir ce report constitue une première depuis la création des CMA.

Selon elle, la demande de la Baie des Chaleurs était basée sur le fait que le Nouveau-Brunswick et le Québec se retrouvaient en mode électoral d’août à octobre, ce qui contribuait notamment à ralentir les demandes d’aides financières auprès des gouvernements.

«De notre côté, c’est vrai que nous avons un échéancier serré, mais on va recalculer le tout afin d’être en mesure d’accomplir tout le travail nécessaire en vue de pouvoir choisir la région candidate par l’automne 2019 comme prévu au départ. À ce moment-ci, on ne s’attend pas à devoir repousser cette annonce en raison du délai accordé pour le dépôt des mises en candidature», précise Mme Mallet.

En attendant, le travail de préparation a finalement été enclenché pour la Baie des Chaleurs. Le mandat d’évaluer la viabilité du projet et de concevoir le dossier de mise en candidature a été octroyé – en partenariat – à deux firmes de consultants, une de New Richmond en Gaspésie (Médialog) et l’autre de Campbellton (Gagnon Strategix).

«On est encore loin d’avoir terminé le travail, il y a beaucoup de choses qui restent à faire. Mais là, on est en route, et on n’aura pas trop de ces mois supplémentaires pour pondre un dossier solide», exprime M. Bujold.

Du côté restigouchois, on affirme avoir réussi à récolter la grande partie des fonds requis pour la préparation de cette étude.

«Les membres de la Commission de services régionaux ont été mis à contribution. On devait trouver le quart du montant nécessaire, soit 7500$, et on est à deux doigts d’atteindre cet objectif. On a parlé aux municipalités et tout le monde est toujours très intéressé par cette aventure, ce qui est encourageant», exprime pour sa part Michel Soucy, maire d’Atholville et porte-parole pour le Restigouche sur ce dossier.

Les dossiers de candidatures devront être déposés au pus tard le 15 janvier 2019.