Un deuxième incendie en quelques mois a eu raison d’une maison abandonnée à Petit-Paquetville en début de semaine. Denis Paulin, chef de la brigade de pompiers de Paquetville, espère qu’il s’agisse d’une coïncidence et non d’une tendance.

Les pompiers des brigades de Paquetville, de Bertrand et de Notre-Dame-des-Érables sont arrivés sur les lieux du feu tôt lundi matin, vers 4h30.

«Quand on est arrivé, la maison était complètement enflammée. La maison était abandonnée depuis une dizaine d’années», explique Denis Paulin.

Deux maisons avoisinantes ont été évacuées par mesure de précaution. Les résidents ont pu regagner leur domicile quelques heures plus tard.

«C’était une question de prévention. La boucane s’en allait vers les maisons.»

Aristide Godin, de Petit-Paquetville, a été réveillé subitement par les lumières provenant des gyrophares des camions de pompiers.

«J’ai regardé dehors et j’ai vu les lumières. J’ai vu qu’il y avait un feu.»

Des pompiers lui ont éventuellement demandé d’évacuer les lieux.

«Quand ils ont commencé à arroser, il y avait beaucoup de boucane.»

M. Godin est allé passer le reste de la matinée chez son fils, qui habite également à Petit-Paquetville.

D’après M. Godin, même si personne n’y habitait depuis une dizaine d’années, la maison incendiée avait plus de 100 ans.

Une coïncidence?

L’incendie était le deuxième à toucher cette petite communauté de la Péninsule acadienne en quelques mois. Cet été, une résidence abandonnée, située à seulement une centaine de mètres de celle qui a été détruite lundi, a également été réduite en cendres.

«Personnellement, je trouve ça un peu étrange. La même chose est arrivée il y a quatre ou cinq mois et c’est arrivé à la même heure. Est-ce que c’est une coïncidence? J’espère que oui, mais j’ai un doute», dit Denis Paulin.

Bien que le pompier soit triste qu’une partie du patrimoine de Petit-Paquetville parte en fumée, Denis Paulin se fait surtout du souci pour les résidences avoisinantes.

«Il reste encore deux maisons abandonnées à Petit-Paquetville. Si quelqu’un y met le feu, les gens dans les maisons voisines peuvent être au lit et ainsi de suite. C’est ça qui m’inquiète.»

La grande région de Paquetville compte plusieurs édifices vacants, rappelle Denis Paulin. Certains d’entre eux sont passés au feu au cours des dernières années. Par exemple, une quincaillerie désaffectée de Paquetville a été la proie des flammes en 2009 alors qu’en janvier 2017, un incendie considéré comme étant suspect a endommagé une résidence inoccupée dans la municipalité.

«Si je peux au moins sensibiliser les gens de la région d’être attentif au voisinage, ça pourrait peut-être sauver une vie à long terme. Je ne trouve pas que ça a du bon sens.»

L’affaire est sous enquête, souligne M. Paulin, mais l’Acadie Nouvelle n’a pas été en mesure d’obtenir plus de précisions de la GRC.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle