Vents violents: 27 000 clients sans courant et une famille à l’hôpital

À 21h lundi, environ 27 000 abonnés d’Énergie NB étaient toujours privés d’électricité. Des monteurs de lignes travaillent d’arrache-pied pour rétablir le courant dans les foyers, alors que certains clients tentent de s’alimenter en électricité au risque de leur vie.

Le plus fort de la tempête s’est abattu sur le sud du Nouveau-Brunswick. Alors que la nuit tombait, samedi, des éclats de lumières bleues créées par des explosions de transformateurs électriques se multipliaient à l’horizon. Des branches d’arbres étaient cassées par des rafales de plus de 100 km/h dans la région du Grand Moncton.

Résultat: près de 100 000 personnes, surtout dans le sud de la province, ont été plongées dans le noir. À 15h30, lundi, certains étaient sans électricité depuis 20h samedi soir. C’était le cas de Kristine Cormier de Memramcook.

«Ce n’est pas si pire. Nous sommes bien préparés. Nous avons le poêle à bois qui nous tient au chaud», a-t-elle confié à l’Acadie Nouvelle.

Pour éviter de perdre de la nourriture et faire fonctionner le nécessaire, un générateur tourne.

«Ça nous inquiète un peu parce que nous avons un frigidaire dans le garage, mais celui de la maison est branché sur la génératrice», indique-t-elle.

Une famille intoxiquée au carbone

Si Mme Cormier a bien installé son générateur à l’extérieur de la maison en suivant les recommandations de l’Organisation des mesures d’urgence, ce n’est pas le cas pour tout le monde.

Une famille de quatre a été intoxiquée au monoxyde de carbone alors que leur génératrice fonctionnait à l’intérieur, selon l’OMU. Heureusement, personne n’est décédé, mais Robert Duguay, porte-parole de l’organisme, rappelle l’importance d’installer à l’extérieur tout ce qui peut produire du CO2.

«Le monoxyde de carbone est un gaz extrêmement dangereux et il y a encore des gens qui utilisent leur génératrice à l’intérieur. C’est très clair: même pas dans le garage, pas sous l’abri de la voiture et même pas à proximité de la maison. Il faut garder une bonne distance parce qu’il y a les fenêtres et les systèmes de ventilation. Il faut être extrêmement prudent. C’est mortel», a martelé M. Duguay.

Malgré cet incident, la tempête n’a pas entraîné de graves problèmes de sécurité publique, selon l’OMU.

«Il n’y a pas eu de dommage majeur aux infrastructures comme les routes et tout ça. Des arbres ont bloqué des parties de route et des choses comme ça, mais c’est gérable. Donc, en termes de sécurité pour le public, la tempête n’a pas eu trop d’impact», a indiqué M. Duguay.

Pointes de vents à 119 km/h

L’événement météorologique a néanmoins durement frappé le sud du Nouveau-Brunswick. Des pointes de vents à 119 km/h ont été enregistrées à Bouctouche et à 109 km/h à Moncton. De vendredi à samedi, cette région a reçu jusqu’à 97 mm de pluie.

C’est d’ailleurs cette combinaison de pluie et de vent qui a provoqué le déracinement de plusieurs arbres. Le sol étant saturé par l’eau, les rafales ont été assez fortes pour déloger les racines, a expliqué le météorologue Bob Robichaud.

Envrionnement Canada surveille par ailleurs un autre système qui apportera, dans la nuit de vendredi à samedi, des vents et de la pluie. Le météorologue se fait rassurant par contre. Il affirme que l’intensité de ce système n’approchera en rien celle de cette fin de semaine.

«Il y en a un autre qu’on surveille pour la nuit de vendredi à samedi, mais peut-être pas aussi intense que ce que nous avons connu cette fin de semaine. Donc, on devrait avoir deux autres systèmes qui devraient passer lundi soir et l’autre mardi. Ça reste assez calme jusqu’à vendredi. Vendredi, on en aura un autre système qu’on surveille.»

Les sinistrés qui ont besoin d’aide peuvent contacter la Croix rouge en composant le 1-800-863-6582.

«200 équipes travaillent au Nouveau-Brunswick»

Certains foyers néo-brunswickois ne seront pas rebranchés avant mercredi selon les prévisions d’Énergie NB.

La société d’État qui n’a répondu à aucune de nos demandes d’entrevue affirme sur les médias sociaux que ses équipes travaillent dans toutes les régions du Nouveau-Brunswick à évaluer les dommages et à rétablir le courant le plus rapidement possible.

«Il y a 200 équipes qui travaillent au Nouveau-Brunswick, ce lundi, pour rétablir le courant. Des fils tombés et des poteaux brisés sont quelques-uns des dégâts provoqués par la tempête de vent de samedi», a soutenu Énergie NB sur Twitter.

Des équipes des provinces voisines ont également été appelées en renfort pour aider à l’opération de remise sur pied du réseau.

Afin d’accélérer le processus, Énergie NB demande à ses clients toujours sans électricité de débrancher leurs appareils pour ne pas créer une surcharge lorsque viendra le moment de rétablir le courant.

«Nous demandons à nos clients qui n’ont pas de courant de débrancher leurs appareils. Cette charge à froid provoque des pannes répétées et ralentit nos efforts de rétablissement du courant».

Entre temps, les gens privés d’électricité peuvent trouver refuge dans l’un des 31 centres de réchauffement s’ils en ont besoin. Dans le comté de Kent, ces refuges sont au Centre Aqua-Kent, au Centre JK Irving et à la caserne des pompiers de Richibucto. Le centre aquatique de Dieppe sert également de centre de réchauffement et le YMCA de Moncton offre aussi aux gens la possibilité de prendre une douche et de recharger leurs appareils électroniques.

Il y avait une quinzaine de centres de réchauffement à Fredericton lundi. L’OMU recommande aux gens d’appeler ces centres avant de s’y rendre pour connaître les heures d’ouverture.
La grande région de Fredericton était encore la plus affectée par les pannes de courant lundi. En fin de journée, plus de 17 400 abonnés étaient toujours privés d’électricité. Ils étaient 5100 dans le comté de Kent et plus de 3000 dans le Grand Moncton.