Fermeture de l’usine Nutritec: «Une décision injustifiable», selon le PDG

La direction d’Envirem Organics ira de l’avant avec sa demande d’injonction visant à lui permettre de rouvrir son usine Nutritec, située à Saint-François-de-Madawaska. L’entreprise, qui a été forcée de fermer ses portes le 19 octobre, est la cible de nombreuses plaintes de voisins en raison des odeurs qui s’en dégagent.

En entrevue à l’Acadie Nouvelle, le président et directeur général d’Envirem Organics a indiqué que l’entreprise allait bel et bien s’adresser aux tribunaux afin de faire casser l’ordonnance de fermeture émise par le gouvernement provincial.

«Nous ignorons encore à quel tribunal sera déposée notre requête, mais ça se fera au cours des prochains jours. Cet ordre de fermeture est une décision gouvernementale tout à fait irréfléchie et injustifiable», a lancé Robert Kiely.

«Est-ce une décision purement politique, simplement justifiée par la peur et les plaintes qui nous visent? Nous ignorons toujours les motifs entourant cette ordonnance émise à notre endroit, tout comme les avocats qui représentent le gouvernement dans cette affaire!»

Selon M. Kiely, les responsables du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux et du ministère de la Santé n’ont pas en main des données scientifiques prouvant hors de tout doute que l’usine qui fabrique de l’engrais organique à partir de fumier de poules représente un danger pour la santé.

Un avis qui n’est pas partagé par des citoyens du Haut-Madawaska qui affirment depuis belle lurette éprouver d’importants problèmes de santé et vivre dans un environnement parsemé d’odeurs nauséabondes.

Une situation qui a mené, cet été, au dépôt d’un recours collectif visant le gouvernement du Nouveau-Brunswick, l’entreprise Distribution Westco et l’usine Nutritec.

Les voisins de l’entreprise réclament la somme de 100 millions $.

Des motifs nébuleux

Les motifs entourant la fermeture temporaire de l’usine Nutritec demeurent encore à ce jour nébuleux.

«L’entreprise est tenue de présenter une proposition détaillée démontrant à la satisfaction du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux et du Bureau du médecin-hygiéniste en chef que des mesures appropriées ont été prises pour prévenir tout risque à la santé. Nous ne ferons aucun autre commentaire sur cette question», s’est limité à affirmer Paul Bradley, porte-parole du ministère de la Santé.

Le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux n’est guère plus loquace et refuse de dévoiler la moindre information relative aux émissions provenant des installations de Nutritrec.

Le gouvernement a installé il y a plusieurs mois une unité mobile qui effectue près de l’usine des mesures de la qualité de l’air.

Les plus récentes données provenant de cet appareil n’ont pas été rendues publiques.

Envirem Organics entend à son tour poursuivre le gouvernement provincial si jamais le tribunal refuse de lever l’avis de fermeture de l’usine.

Depuis l’émission de cet avis, un calme relatif règne aux installations de Nutritec, à Saint-François-de-Madawaska.

Travailleurs et véhicules de transport brillent par leur absence sur les lieux depuis quelques temps, ont raconté mardi à l’Acadie Nouvelle des voisins immédiats de l’usine.

La direction de l’entreprise a fait savoir qu’elle se pliait à l’ordre de fermeture et que des employés allaient sous peu effectuer des travaux d’entretien en attendant la suite des choses.