Tracadie: le climat politique tendu motive des citoyens à devenir conseillers

Malgré les récentes tensions au sein du conseil municipal de Tracadie, sept candidats ont déjà officiellement présenté leur candidature en vue des prochaines élections partielles en décembre. D’autres pourraient se lancer dans la course prochainement.

Des élections partielles auront lieu en décembre afin de remplacer les conseillers Denis McLaughlin, Norma McGraw, André Saulnier et Raymonde Robichaud, qui ont tous démissionné au cours des derniers mois. De façon générale, ils ont tous cité le climat tendu à la table du conseil comme l’un des facteurs ayant motivé leur décision.

Avant le départ des conseillers, un fossé s’était creusé entre deux clans qui siégeaient au conseil municipal. Le premier camp, qui comprenait sept conseillers, avait tendance à s’opposer à la vision du maire Denis Losier. Le deuxième avait tendance à l’appuyer. Le conseil compte un total de 11 conseillers et un maire.

Au lieu de systématiquement broyer du noir, les candidats contactés par l’Acadie Nouvelle espèrent plutôt mettre à profit leurs connaissances et leurs compétences afin de permettre à la municipalité de renouer avec le succès.

Jusqu’à maintenant, trois candidatures ont été officialisées par Élections NB dans le quartier 7, qui correspond aux limites de l’ancienne ville de Tracadie-Sheila, soit celles de Glen Ferguson, de Philippe Ferguson et de Colette Thomas. Deux postes de conseillers sont à pourvoir. Bien que son nom ne figurait pas mercredi en fin d’après-midi sur le site d’Élections NB, Brian Comeau, actuellement membre du conseil d’UNI Coopération financière, a aussi l’intention de se lancer dans la course du quartier 7.

Philippe Ferguson

Philippe Ferguson a déjà une longue feuille de route. En plus d’avoir été impliqué dans de nombreux comités au fil des ans, il a déjà siégé au conseil municipal de Tracadie-Sheila sous le règne de trois maires différents.

«Je comprends la job. Bien que c’est certain que ce n’est plus la même chose qu’en 2007, j’ai quand même une certaine expérience», dit-il.

S’il est élu, M. Ferguson entend se servir de son expérience en tant que président de différents comités afin de développer une relation de travail positive avec ses nouveaux collègues.

«Est-ce que j’ai toujours été d’accord avec tout le monde? Est-ce que tout le monde était d’accord avec moi? Non, il y a toujours des différends. Cependant, ensemble, on finit toujours par trouver des solutions qui sont les meilleures pour tous.»

Colette Thomas

Collette Thomas espère également remporter une élection dans le quartier 7. Elle aussi a déjà siégé au conseil municipal de Tracadie-Sheila il y a près de 20 ans.
Entre autres, les conclusions présentées dans un rapport de 50 pages préparé par E6 International, une firme comptable de Dieppe, qui peint un portrait sombre de l’état des finances et de la gestion de la municipalité, préoccupent la candidate.

«On parle de l’argent de nos concitoyens. Il faut être conscient de ne pas dépenser de l’argent sur des choses inutiles. Quand on tient compte de ce que le maire Losier a dit, on devrait être inquiets.»

La candidate tient cependant à mettre les choses au clair. Bien qu’elle possède certains points en commun avec le maire Losier, elle concède qu’il y a des occasions où il aurait pu «mettre de l’eau dans son vin».

En revanche, elle croit que l’ensemble des membres du conseil doit assumer la responsabilité de la situation actuelle.

«Je trouve que les conseillers n’ont pas toujours assez pris leurs responsabilités et ils ont tout jeté sur le dos du maire.»

Yolan Thomas

Jusqu’à maintenant, Yolan Thomas est l’unique candidat du quartier 2, qui couvre les régions de Pont Landry-Gauvreau et Petit Tracadie.

L’homme de 56 ans mène sa première campagne électorale à vie. M. Thomas a commencé à participer aux rencontres afin d’obtenir l’heure juste sur un nombre de rumeurs qui circulaient en ville.

«Il y a beaucoup de choses qui étaient dites et les gens n’étaient plus certains de ce qui était vrai et faux. J’ai donc commencé à suivre les réunions moi-même. J’y ai pris goût.»

Les derniers mois n’ont pas été évidents pour Tracadie, mais la municipalité a tout de même réalisé de bons coups, rappelle M.Thomas. Il faut les mettre en évidence, croit-il.

«Des fois, on est porté à voir les mauvaises nouvelles plutôt que des bonnes nouvelles. J’assiste aux réunions et ce ne sont pas toujours des mauvaises nouvelles qui circulent. Mon travail me permet de voyager dans la province et quand je suis ailleurs, les gens me posent la question à savoir si ça va vraiment aussi mal à Tracadie. Il faut qu’on change cette perception.»

Deux candidates, soit Chantal Mazerolle et Katie McGraw-Boudreau, se présentent également dans le quartier 1 afin pourvoir un siège vacant.