30 jours de prison pour avoir intercepté des chèques d’assurance

Un citoyen de Moncton est condamné à 30 jours de prison. Il a plaidé coupable d’avoir intercepté des chèques d’assurance qui ne lui étaient pas destinés.

Cette histoire a débuté en juin 2017 quand l’automobile d’un assuré d’Aviva Canada est entrée en collision avec un orignal à Scoudouc, près de Moncton.

Selon ce que rapporte la compagnie d’assurance, dans un communiqué transmis aux médias jeudi, l’assuré n’a subi que des blessures mineures, mais le véhicule était fortement endommagé.

Aviva indique que l’affaire a été réglée en quelques semaines et que trois chèques ont été envoyés par la poste à l’assuré.

«Après avoir appris que cet assuré n’avait jamais reçu deux des trois chèques, Aviva Canada a immédiatement ouvert une enquête.»

Grâce à une enquête de la GRC, Aviva a été en mesure de déterminer que deux des trois chèques émis en règlement de ce sinistre avaient été interceptés illégalement par un résident de Moncton, Shane Oulton.

M. Oulton a été accusé de fraude d’un montant inférieur à 5000 $ et de possession de biens obtenus par des moyens criminels.

Il a plaidé coupable aux deux chefs d’accusation et a été condamné le 30 octobre à une peine de 30 jours de prison assortie d’une période de probation de 18 mois.

Dans son communiqué, Aviva rappelle que le risque de fraude visant les consommateurs et le système d’assurance auto est toujours latent.

«Dans de trop nombreux cas, les enquêtes sur les fraudes aux chèques ne suscitent pas l’attention et la fermeté qu’elles devraient susciter, c’est pourquoi nous sommes très satisfaits du résultat. Nous lutterons toujours contre la fraude commise contre nos assurés. Nous saluons la GRC de Moncton dont l’enquête rigoureuse a démontré que l’infraction criminelle qu’est la fraude n’est pas tolérée», déclare Christopher Lang, directeur principal au Service antifraude d’Aviva Canada.

Le condamné a réussi à intercepter les chèques en fouillant dans la boîte aux lettres de sa victime, chose qui se produit de plus en plus souvent dans le Grand Moncton, selon la caporale Anne-Marie Poitras de la GRC. Afin d’éviter que ça se produise, les gens peuvent demander à leurs assureurs de faire des dépôts directs à leur institution financière.