Brian Gallant restera député même s’il décide de quitter la chefferie du Parti libéral

Brian Gallant n’a pas encore décidé s’il demeurera à la tête du Parti libéral, une semaine après le renversement de son gouvernement. Une chose est cependant claire dans son esprit: il demeurera député même s’il renonce à la chefferie.

En entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle, jeudi après-midi – quelques heures à peine avant l’assermentation de Blaine Higgs à titre de premier ministre – Brian Gallant a affirmé que lui et sa conjointe sont toujours en réflexion.

«Je n’ai pas encore pris de décision avec Karine. Je peux vous dire que je ne veux certainement pas prendre trop de temps, parce que je comprends que peu importe la décision, le mouvement politique qui est le Parti libéral mérite de le savoir bientôt.»

Il veut notamment déterminer ce qui est le mieux pour la province, pour sa famille et pour le Parti libéral, explique-t-il. On peut s’attendre à une décision plus tôt que tard, selon lui.

«On jase en profondeur pour en arriver à une conclusion très bientôt. Alors, comme on dirait, je ne veux pas niaiser avec ça.»

Il ajoute qu’il pense pouvoir annoncer ses intentions avant la présentation du discours du Trône des progressistes-conservauteurs, prévue vers le 20 novembre.

Lorsque l’on demande à Brian Gallant s’il réfléchit seulement à son avenir comme chef, ou s’il pense aussi à son avenir comme député, il met de côté la langue de bois et met cartes sur table.

«Théoriquement, (je pense à) tout ça. Mais évidemment, je peux vous dire que je veux servir comme député de Baie-de-Shediac-Dieppe. À aucun moment cela n’a été une possibilité pour moi de démissionner de ce poste. J’ai fait un engagement de les représenter et je veux faire ça.»

Mais est-il prêt à s’engager à demeurer député jusqu’aux prochaines élections, advenant sa démission du poste de chef du Parti libéral? Brian Gallant ne souhaite pas trop s’aventurer dans divers scénarios hypothétiques.

«Je peux vous dire que je veux rester député de Baie-de-Shediac-Dieppe pour assez de temps. Je comprends aussi la situation avec les votes (à l’Assemblée, où aucun parti ne détient une majorité de sièges: NDLR), que c’est important de rester le plus longtemps possible. Alors en ce moment, je n’ai aucun plan de partir.»

Il n’a pas non plus l’intention de se présenter comme candidat lors des prochaines élections fédérales, prévues l’automne prochain. Il veut participer à la vie démocratique du Nouveau-Brunswick, mais à titre de député provincial ou de chef des libéraux provinciaux.

«Non. Je veux encore contribuer. Comme j’ai mentionné, c’est pour cette raison que j’aimerais être le député de Baie-de-Shediac-Dieppe peu importe la décision pour la chefferie. Et à l’intérieur du caucus libéral, je pense que je peux amener beaucoup comme chef ou juste comme député pour aider les nouveaux, pour aider à naviguer la situation minoritaire.»

Si jamais il décide de jeter l’éponge comme chef, ce ne sera pas pour sauter dans une autre arène politique, dit-il, en répétant qu’il n’a pas encore pris de décision quant à son avenir à la tête du Parti libéral.

«Je serai peut-être chef jusqu’à la prochaine élection. Si jamais je prends la décision de ne pas être le chef pendant la prochaine élection, c’est parce que je veux prendre un peu de recul de la politique, pas pour (me présenter à) l’élection fédérale.»

Blaine Higgs et son cabinet assermentés vendredi

Le premier ministre désigné, Blaine Higgs, sera officiellement assermenté vendredi avant-midi à l’Assemblée législative en compagnie des membres de son conseil des ministres.

Le leader progressiste-conservateur – qui a fait tomber le gouvernement libéral vendredi dernier, en compagnie de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick – n’a pas vendu la mèche sur la composition de son cabinet, jeudi après-midi en point de presse.

Invité par des journalistes à donner un aperçu des députés qui se joindront à son équipe ministérielle, il a ri et n’a pas mordu à l’hameçon.

Il a réitéré qu’il prévoit déposer son discours du Trône au cours de la semaine du 20 novembre.

Il compte d’ailleurs rencontrer les autres partis la semaine prochaine, pour en discuter.