Restigouche: soirée d’impro pour soutenir la prévention du suicide

À la suite de récentes tragédies impliquant deux jeunes élèves du Restigouche, deux amateurs d’impro ont décidé d’organiser une soirée spéciale ayant comme toile de fond la sensibilisation au suicide.

La rentrée de l’école Aux quatre vents de Dalhousie a été lourdement assombrie cet automne à la suite des décès tragiques de deux élèves.

Les drames sont survenus à quelques semaines d’intervalles, avant même que débutent les cours.

Ces deux jeunes hommes, qui s’apprêtaient à entamer leur dernière année du secondaire, se sont enlevé la vie.

L’un des deux disparus excellait notamment en improvisation, de là l’idée d’utiliser cette thématique pour la présentation d’une soirée spéciale visant à recueillir des fonds au profit de la prévention du suicide.

Cette idée est celle de Jonathan Savoie, ancien élève de la Polyvalente Roland-Pépin, de Campbellton, et lui-même grand amateur d’impro. Lui qui réside désormais dans le Sud-Est de la province, dit avoir été bouleversé en apprenant la nouvelle de ces deux tragédies.

«Je ne suis pas le seul. Ce qui est arrivé a causé une véritable onde de choc dans la région, incluant la grande famille de l’impro», confie-t-il.

Jonathan avoue avoir peine à imaginer la douleur des jeunes de l’école Aux quatre vents ainsi que celle de l’entraîneuse de l’équipe d’impro de l’établissement.

«Car ces jeunes que tu coaches ou à qui tu enseignes, ça devient presque comme tes propres enfants. Je sentais donc qu’on devait faire quelque chose pour honorer leur mémoire. Je ne voulais pas que ces événements tragiques finissent sur une note triste, mais plutôt saisir la chance de trouver dans tout cela un peu de positif, de joie», explique-t-il.

L’entraîneuse à laquelle il fait référence, c’est Guyanne Pelletier. À la barre de l’équipe d’impro depuis six saisons, elle connaissait particulièrement bien l’un des deux jeunes disparus.

«Sa mort a vraiment ébranlé notre équipe. On cherchait un moyen d’apaiser notre douleur et de faire notre deuil tout en aidant. On voulait aussi lui rendre hommage. L’idée de la soirée était exactement ce qu’il nous fallait», explique-t-elle.

Comme un coup de poing au visage

Également enseignante à l’école AQV, Mme Pelletier avoue que le début d’année scolaire a été un véritable coup de poing au visage pour l’ensemble du personnel enseignant de cet établissement.

«En l’espace de deux mois, on a perdu deux jeunes hommes, c’est effrayant. La vie a repris son cours, mais la douleur est toujours là. Comme enseignant, ça nous a tous déstabilisés. Être confronté à des gestes aussi radicaux de si jeunes personnes, ça fait peur. Au niveau personnel, ça vient nous chercher, car on a l’impression d’avoir manqué quelque chose. Ça nous a certainement fait prendre doublement conscience de l’enjeu du suicide, que c’est un problème sérieux qui touche vraiment tout le monde», relate l’enseignante.

L’appel de Jonathan Savoie et de Guyanne Pelletier a par ailleurs été entendu. Les comédiens Luc LeBlanc et André Roy – tous deux originaires du Restigouche – n’ont pas hésité un instant à remonter sur les planches le temps d’une joute d’impro.

Idem pour plusieurs autres anciens joueurs vedettes de la région. La communauté a également bien répondu à l’appel alors que plusieurs organismes et commerces ont prêté gracieusement de l’équipement pour l’organisation de la soirée, de façon à ce que le maximum de fonds puisse être amassé. Et pour ce qui est de la salle, déjà 350 billets ont trouvé preneurs.

La soirée Improvisation pour la prévention aura lieu ce samedi, au Théâtre Restigouche de Campbellton, à 19h30. Les billets sont en vente au coût de 10$.