Un sacrifice qui ne sera jamais oublié

Une foule compacte s’est rassemblée dimanche à Ottawa pour la cérémonie nationale du jour du Souvenir, qui marque le centième anniversaire de la signature de l’armistice qui a mis fin à la Première Guerre mondiale.

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a assisté à la cérémonie au nom du premier ministre Justin Trudeau – qui se trouve à Paris pour une commémoration avec plus de 60 chefs d’État et de gouvernement.

Les participants à Ottawa se sont rassemblés au Monument commémoratif de guerre du Canada par temps ensoleillé et sous des températures inférieures à zéro pour réfléchir aux sacrifices de Canadiens et de Canadiennes qui ont donné leur vie lors de conflits dans le monde.

La gouverneure générale Julie Payette est également présente, tout juste de retour d’un voyage en Belgique pour des événements commémoratifs. Elle a salué les anciens combattants et les invités spéciaux avant le début de la cérémonie. Une chorale d’enfants chantant l’hymne national était en amont de la foule.

À 11 h, un silence sombre a été brisé par le début du salut à 21 coups de canon et le son de cloche retentissant pour la cérémonie.

Cinq appareils CF-18 Hornet de Cold Lake, en Alberta, ont également survolé la foule au Monument commémoratif de guerre du Canada dans une formation « soldat disparu ».

Sophie Grégoire, la femme du premier ministre Trudeau, accompagnait M. Sajjan à la cérémonie, à laquelle prenaient aussi part le sénateur Peter Harder, le chef d’état-major de la Défense, Jonathan Vance, la députée libérale et représentante d’Anciens Combattants Canada Karen McCrimmon, et Thomas D. Irvine, président national de la Légion royale canadienne.

La mère nationale de la Croix d’argent est cette année Anita Cenerini, de Winnipeg, dont le fils, Thomas Welsh, est décédé le 8 mai 2004, trois mois après son retour de mission en Afghanistan. Il a été le premier soldat canadien à mourir par suicide après avoir servi dans la guerre en Afghanistan.

De nombreux rassemblements se tenaient dans tout le pays pour marquer le tribut causé par la guerre aux militaires canadiens et à leurs familles au cours des 100 dernières années.

Plus tard dans la journée, la carillonneuse du Dominion, Andrea McCrady, sonnera les cloches sur la colline du Parlement au coucher du soleil dans le cadre d’une initiative de la Légion royale canadienne.

Les cloches sonneront à la tombée de la nuit à travers le pays, y compris dans les mairies et les lieux de culte, sur les bases militaires et les navires, ainsi que lors de cérémonies en l’honneur des anciens combattants ayant servi durant la Première Guerre mondiale.

Mme McCrady interprétera « The Last Post » sur le carillon de la tour de la Paix, puis frappera la cloche la plus grosse 100 fois, à cinq secondes d’intervalle, ce qui représente le moment en 1918 où les cloches sonnèrent à travers l’Europe pour marquer la fin de la guerre.