Assemblée législative: les alliancistes siégeront du côté du gouvernement

Les trois députés de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick siégeront du côté du gouvernement à l’Assemblée législative. Une décision qui s’explique par le manque d’espace dans le lieu réservé à l’opposition, selon Blaine Higgs et Kris Austin.

Une scène inhabituelle s’est déroulée à l’Assemblée législative, vendredi dernier, lors de l’assermentation de Blaine Higgs et des seize membres de son conseil des ministres.

Les élus de l’Alliance des gens se sont alors assis près des progressistes-conservateurs, du côté habituellement réservé aux représentants du parti au pouvoir.

Avant la chute du gouvernement libéral – le 2 novembre, lorsque leur discours du Trône a été défait – les trois alliancistes étaient plutôt installés avec les 22 progressistes-conservateurs et les trois députés verts dans les bancs de l’opposition, de l’autre côté de la Chambre.

En mêlée de presse, vendredi après-midi, le premier ministre a affirmé que le déménagement de Kris Austin et de ses deux collègues a été effectué pour des raisons de logistique.

Selon lui, les alliancistes étaient tout simplement trop à l’étroit et dans le chemin dans le fond de l’Assemblée.

«C’était un lieu qui n’était pas pratique. (…) Ça leur donne un espace qui n’est pas dans une zone où circulent les gens», a-t-il dit.

«Des problèmes logistiques»

Le chef de l’Alliance, Kris Austin, a abondé dans le même sens en mêlée de presse.

«L’Assemblée du Nouveau-Brunswick n’a jamais eu à accommoder quatre partis. Il y a eu des problèmes logistiques.»

L’Assemblée législative se retrouve en effet dans une situation inusitée depuis les élections du 24 septembre, les premières en près d’un siècle à ne pas mener à la formation d’un gouvernement majoritaire.

Le Parti progressiste-conservateur a fait élire 22 députés, tandis le Parti libéral en a fait élire 21. L’Alliance des gens et le Parti vert comptent trois élus chacun.

Un message lancé par Blaine Higgs?

Blaine Higgs et Kris Austin répètent depuis des semaines à qui veut bien l’entendre qu’ils n’ont pas conclu d’entente formelle afin de former un gouvernement coalition ou même pour assurer la survie du gouvernement progressiste-conservateur.

Kris Austin a tout de même offert à Blaine Higgs de l’appuyer lors des votes de confiance pour une période de 18 mois. Et ce sont eux, lui et ses deux députés – pas David Coon et les deux autres députés verts –, qui vont siéger près des progressistes-conservateurs.

Invité à dire si, selon lui, le placement de l’Alliance du côté du gouvernement à l’Assemblée législative lance un message, Blaine Higgs a balayé la question du revers de la main.

«Vous savez, si on va passer du temps à se préoccuper des messages que l’on envoie, je préfèrerais que l’on passe plus de temps sur les vrais messages que l’on envoie avec nos accomplissements.»

Cabinet Higgs: pas de ministre responsable du Fonds du nord

Lors du dévoilement du cabinet de Blaine Higgs, vendredi dernier, un nom a brillé par son absence dans la longue liste de responsabilités ministérielles, soit celui des fonds du Nord et de la Miramichi.

Aucun membre du cabinet progressiste-conservateur ne porte officiellement ce titre. Avant les élections, cette responsabilité revenait au député libéral Bill Fraser. Après sa défaite, elle avait a été confiée à la ministre Francine Landry.

En mêlée de presse, vendredi à l’Assemblée législative, Blaine Higgs a précisé que la responsabilité des fonds du Nord et de la Miramichi n’ont pas été oubliées lors de la distribution des postes.

«Ça fait partie, selon ce que je comprends, de la Société de développement régional. C’est géré par la SDR», a-t-il dit.

La SDR a bel et bien une ministre, soit Andrea Anderson-Mason.

Cette élue – qui est également ministre de la Justice et procureure générale – représente la circonscription de Fundy–Les-Îles–Saint-Jean-Ouest, située à l’extrémité sud de la province.

Lorsque nous avons demandé au premier ministre s’il faut voir dans le titre officiel de cette dernière – qui ne comprend pas explicitement la responsabilité des fonds du Nord et de la Miramichi – un signe qu’il compte mettre la hache dans ces initiatives, il a répondu que non.

«Non, il ne faut pas y voir quoi que ce soit», a-t-il dit.

Les fonds de développement économique et d’innovation pour le nord du Nouveau-Brunswick et pour la région de Miramichi sont dotés respectivement de 20 millions $ et de 5 millions $ par année jusqu’en 2021.

Au cours de la dernière campagne électorale, Blaine Higgs ne s’est pas engagé à maintenir leur financement.