Péninsule acadienne: encore des discussions animées sur la gestion des déchets

La gestion des déchets solides dans la Péninsule acadienne soulève les passions. On en a encore eu un bon aperçu, jeudi soir, à Tracadie.

À deux semaines du vote crucial sur l’acceptation du budget pour 2019, la Commission des services régionaux de la Péninsule acadienne a convoqué les élus et les représentants des DSL à une réunion d’information sur l’épineux dossier des poubelles.

Une quarantaine de personnes se sont présentées et, pendant deux heures, ont tenu des discussions animées sur la question.

Que faut-il en retirer? Si rien ne change concernant le coût prévu de la collecte des déchets, l’estimé budgétaire ne passera pas. Plusieurs représentants municipaux ont d’ailleurs affirmé qu’ils s’objecteraient à l’ébauche le 29 novembre, à Caraquet, en raison des coûts prohibitifs qu’ils auront à imposer à leurs contribuables.

Cependant, tout n’est pas noir. Les discussions, même si elles ont été parfois animées, ont porté sur de possibles solutions à ce cul-de-sac financier.

Parmi les plus intéressantes, on a parlé de lancer à la CSR-PA son propre service de collecte et de mettre en place un projet pilote pour s’assurer de la viabilité de ce projet, de revoir les appels d’offres avec les contractants choisis, de déposer de nouveaux appels d’offres avec des conditions différentes à respecter ou encore d’éliminer les 11 zones de la région pour n’en faire qu’une seule.

Tous les élus qui ont pris la parole ont unanimement avancé que la hausse du service prévue en 2019 – près de 300 000$ pour porter le coût à 1,51 million $ – est inacceptable. Ils ne l’ont pas trouvé drôle non plus quand les dirigeants de la CSR-PA ont parlé d’une facture possible de près de 1,78 million $ en 2020.

Ces augmentations sont essentiellement attribuables à un bond de 47% des appels d’offres pour six des 11 zones de la région.

En revanche, la CSR-PA estime qu’il en coûterait aux municipalités 1,32 million $ si elle lançait elle-même le service, avec neuf camions automatisés et neuf employés.

«D’ici au 29 novembre, il faut trouver une solution, a réitéré le président de la CSR-PA et maire de Néguac, Georges Savoie. Je ne me souviens pas d’un sujet qui a suscité autant de passion autour de notre table. Si nous trouvons une solution pour longtemps, nous pourrons ensuite parler des autres projets rassembleurs dans la Péninsule acadienne. Nous avons eu une bonne réunion et il faut maintenant trouver un compromis. Nous avons eu plusieurs idées, il suffit de trouver la bonne.»

Le comité de gestion des déchets solides doit se rencontrer la semaine prochaine.