Feux en Californie: un Acadien à 2 km du brasier

Les violents feux de broussailles qui menacent la Californie ont passé bien près de la résidence de Charles Bernard, un acadien originaire de Campbellton.

M. Bernard habite la région de Moorepark depuis de nombreuses années. Il travaille dans cet État comme directeur de la production pour une compagnie pharmaceutique.

Presque à pareille date l’an dernier, le Restigouchois s’était entretenu avec le journal afin de parler du Thomas Fire, un violent incendie qui faisait rage à environ une vingtaine de kilomètres de chez lui.

Cette année, c’est le Woolsey’s Fire qui menace, un brasier qui s’est approché à seulement deux kilomètres de sa résidence. C’est près, quoiqu’un peu moins qu’en 2003 quand les flammes s’étaient arrêtées à une centaine de mètres à peine.

«Cette fois, nous n’avons pas été obligés d’évacuer formellement notre résidence, mais ma femme a tout de même décidé de partir à un certain moment en raison de l’épaisse fumée et de la piètre qualité de l’air. Et c’était tout de même plus prudent, car avec les évacuations en cours, il y avait beaucoup de congestion sur les routes. Ç’aurait pu devenir problématique de se mettre en sécurité si le feu avait viré vers notre secteur», explique M. Bernard, qui était en voyage d’affaires en Suisse au plus fort du brasier.

Aujourd’hui, l’Acadien se trouve à Montréal en compagnie de sa femme pour quelques jours, un voyage déjà planifié, mais qui arrive à un moment opportun. Avant d’atterrir au Québec vendredi matin, M. Bernard a pu voir les dégâts causés par les incendies.

«Chez moi, on voit bien les montagnes, et là tout est noir partout. C’est un paysage de désolation. Le bureau où je travaillais a dû fermer ses portes pendant quelques jours. Des centaines de maisons ont brûlé, mais, heureusement, aucune de gens que je connais», souligne M. Bernard.

Les feux de Californie ont fait jusqu’à présent plus d’une soixantaine de victimes. Plus de 600 personnes manquent à l’appel. Si les incendies commencent à faiblir, ils continuent néanmoins à susciter l’inquiétude des gens du coin, surtout en raison des vents de Santa Ana, des vents chauds qui soufflent souvent en rafales.

«C’est prématuré en ce moment de dire si notre résidence est hors de danger ou non, car avec les vents et le temps sec, la moindre étincelle peut raviver le tout. Actuellement, dans notre secteur, il n’y a plus de flammes. Les pompiers s’affairent davantage à faire le nettoyage et à retourner le sol pour s’assurer que ça ne reprenne pas. Mais avec les conditions actuelles, ça pourrait facilement repartir», croit M. Bernard, qui doit repartir en Californie le 25 novembre.

Cette plus récente vague de feux californiens a particulièrement marqué l’imaginaire, ayant détruit de nombreuses résidences luxueuses de célébrités, parmi lesquelles Neil Young, Miley Cyrus et Gerard Butler.

La résidence où fut filmée l’émission The Bachelor aurait aussi croulé sous les flammes. Plusieurs autres célébrités ont rapporté avoir dû évacuer d’urgence.