Sugarloaf: la neige artificielle envahit les pentes jour et nuit

Le froid qui s’est installé sur le Restigouche depuis quelques jours a parmi au parc provincial Sugarloaf de mettre en marche ses tours à neige artificielle, question d’accélérer le début de saison.

Comme l’espérait récemment la direction du centre, il neige sur le Sugarloaf depuis quelques jours, de la neige artificielle.

Depuis dimanche matin, le système de fabrications de neige artificielle du centre fonctionne à plein rendement. Durant les 24 premières heures, plus de 1,3 million de gallons d’eau ont été transformés en buttes de neige.

Quatre équipes de trois employés chacun se relayent afin de garder un œil sur le système y compris la réserve d’eau. La consigne? Produire au maximum pendant qu’il fait froid.

C’est la première fois que l’équipement de neige artificielle du centre est utilisé pour le démarrage de la saison. Et cette première est pour le moins concluante jusqu’ici.

La météo avantageuse et toute cette production de neige artificielle font en sorte que le centre de ski restigouchois prévoit, à ce stade, être en mesure d’ouvrir ses pistes – à tout le moins celles enneigées par le système – dès le samedi 1er décembre. Si cela se réalise, ce serait une date historique en terme d’ouverture hâtive pour le centre de ski, le record étant un 12 décembre en 2007.

«C’est plaisant de voir que, pour notre premier véritable début de saison avec les canons, la température est de notre côté pour afin que l’on puisse vraiment tester les capacités de notre système. On aurait pu avoir un mois de novembre très chaud et pluvieux. Mais, au contraire, tout est parfait pour le moment», souligne le directeur du parc, Greg Dion.

«Jusqu’ici, ça fonctionne très bien. On a eu quelques pépins mineurs ici et là, par exemple des canons qui ont eu du mal à démarrer, mais rien d’anormal. Il faut dire également que nous sommes des débutants dans le domaine. On apprend et on s’améliore tous les jours en ce qui a trait à la fabrication de neige artificielle», ajoute-t-il, notant qu’il ne s’agit pas que d’ouvrir l’eau pour concocter une neige de qualité.

«Ça prend la bonne quantité d’eau selon la température. Si on a la mauvaise recette, ça peut tout faire rater», exprime-t-il.

À noter que le parc possède, depuis l’an dernier, 50 tours à neige, plus précisément 30 tours fixes et 20 mobiles. Les tours servent uniquement à enneiger trois pistes (Sunshine, parc à neige et la Bunny Hill), ainsi que l’aire d’arrivée au bas de celles-ci. Pour ce qui est des pentes restantes?

«Il faudra patienter et attendre encore quelques tempêtes. Car même si on a reçu de bonnes quantités jusqu’à présent, une fois compacté, la couche de neige n’est pas suffisante. On sent toujours les roches. Ça nous prend encore quelques bonnes tempêtes, question d’avoir un bon pied de neige avant de débuter partout», dit M. Dion.