Gaz de schiste: une entreprise se prépare à creuser de nouveaux puits

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick souhaite lever le moratoire sur la fracturation dans le dossier du gaz de schiste. Il rencontrera d’ailleurs cette semaine une entreprise travaille à l’élaboration de nouveaux puits.

Corridor Resources possède 32 puits en activité dans la région de Sussex et exploite un pipeline de 50 km, un système de collecte comprenant 15 km de conduites et une installation de traitement de gaz naturel.

La société veut prendre de l’expansion, mais le gouvernement libéral précédent a imposé un moratoire en 2014 interdisant la fracturation hydraulique – un processus qui consiste à pomper de l’eau et des produits chimiques à haute pression pour fracturer le schiste et libérer du gaz.

Le nouveau gouvernement conservateur de Blaine Higgs a proposé de lever le moratoire dans des régions précises, telle que celle de Sussex, s’il existe un «soutien public».

Lundi, le premier ministre Higgs a annoncé son intention de parler à Steve Moran, PDG de Corridor Ressources, plus tard cette semaine.

«Je veux comprendre le potentiel. Je souhaite également faire des exposés avec toutes les parties sur ce que nous savons du développement du gaz de schiste», a déclaré M. Higgs.

«Nous devons faire quelque chose au Nouveau-Brunswick. Nous ne pouvons pas simplement dire non et nous attendre à ce que les choses se passent bien. Nous pouvons le faire correctement», a-t-il déclaré.

Dans une présentation d’entreprise, la société a déclaré que si le moratoire était levé, elle creusera cinq puits d’évaluation verticaux, complétera trois puits existants, identifiera les zones idéales» et forera une deuxième série de cinq puits.

M. Moran n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de La Presse canadienne, lundi.

La société affirme qu’avec la fin imminente de la production extracôtière de la Nouvelle-Écosse, le gaz naturel devra provenir de l’extérieur des Maritimes si le gisement du Nouveau-Brunswick n’est pas développé davantage.

Nous allons avoir une sérieuse augmentation des prix du gaz, car nos ressources s’épuisent. Nous devons éviter certaines de ces choses qui, nous le savons, risquent de se produire», a déclaré M. Higgs.

Les libéraux de l’opposition disent que toute modification au moratoire doit être soumise au vote de la législature.

Lorsque les libéraux ont imposé le moratoire, ils ont énuméré cinq critères à respecter pour lever le moratoire, notamment le «permis social».

M. Higgs a dit qu’il ne savait pas si cela impliquerait que les citoyens de la région de Sussex doivent voter sur le plan.

«Ce qui me préoccupe, c’est que beaucoup de gens de l’extérieur de la région s’immiscent dans le débat. Cela ne va pas aider notre situation. Je veux traiter avec les gens qui sont là, pas avec des agitateurs de l’extérieur.»

La décision de l’ancien gouvernement conservateur de se lancer dans l’industrie du gaz de schiste avait divisé la population: une série de manifestations publiques a abouti à une violente manifestation à l’automne 2013 à Rexton, au cours de laquelle 40 personnes ont été arrêtées et six véhicules de police incendiés.

Higgs a déclaré qu’il est clair qu’il ne compte pas lever le moratoire ailleurs que dans la région de Sussex.