Sentier Restigouche-Est: «La région est vraiment sur la bonne voie»

Les municipalités du Restigouche-Est se rapprochent peu à peu de la réalisation de leur premier projet touristique conjoint d’envergure: la création d’un sentier régional long de près d’une quarantaine de kilomètres.

Lundi soir, lors de sa réunion publique, le conseil municipal de Dalhousie a résolu de défrayer un montant maximum de 32 000$ sur une période de cinq ans pour la création du Sentier Restigouche-Est.

Cette résolution a été – ou sera sous peu – imitée par les municipalités voisines de Balmoral, de Charlo et d’Eel River Dundee.

La Première Nation autochtone d’Eel River Bar devrait également se joindre au projet par l’entremise d’une contribution similaire.

Lancée en début d’année, cette initiative vise à connecter les cinq communautés au moyen d’un système de sentiers pour les piétons et les cyclistes.

La tâche n’est pas mince. Car si certains sentiers sont déjà bien développés et entretenus par endroit – comme à Charlo et à Eel River Bar avec leurs segments de Sentier NB – il y a beaucoup de travail à faire à Dalhousie et encore plus à Balmoral puisque la municipalité part de zéro. De plus, des travaux de connexion doivent également être effectués.

À Dalhousie par exemple, on dénombre plusieurs petits sentiers, que ce soit le long des côtes ou en forêt. Ceux-ci n’existent toutefois que officieusement. Utilisés surtout par les randonneurs, ils ne sont pas identifiés comme étant des sentiers et c’est ce que l’on désire changer: d’abord en les connectant, puis en les balisant avec une signalisation adéquate.

L’objectif ultime: que le tout soit connecté aux autres sentiers de la région de façon à former un immense réseau.

«Tous nos sentiers datent des années 1990 et ils ont été plus ou moins négligés, souligne le maire de Dalhousie, Normand Pelletier. Certains sont même utilisés par des VTT, une pratique que l’on veut faire cesser. Il faut innover et les améliorer, car ils ont un très beau potentiel.»

Au départ, ce projet d’unification se voulait surtout symbolique, question de démontrer le nouvel esprit de collaboration qui anime les municipalités du Restigouche-Est. La vision a depuis évolué.

«Le but est de pouvoir proposer une attraction touristique aux gens de l’extérieur, tout en rapprochant ceux vivant déjà dans ces communautés», explique Nancy Savoie, agente de développement pour le regroupement BDCE (Balmoral, Dalhousie, Charlo, Eel River Dundee).

«On travaille sur des projets touristiques qui sont propres à chaque communauté. Mais une fois terminés, les gens auront accès à un parcours touristique bien défini. On parle du coup de la création d’une véritable synergie touristique pour cette partie du Restigouche. Ça fait longtemps qu’on en parle et qu’on essaye des choses, mais là, je crois que la région est vraiment sur la bonne voie», ajoute-t-elle.

En plus des sommes injectées par les municipalités participantes, un montant de 160 000$ a déjà été approuvé par le gouvernement provincial et on s’attend à ce que le gouvernement fédéral emboîte également le pas. Le projet jouira donc d’une enveloppe approximative de 320 000$ pour démarrer.

Depuis le début de l’année, le travail abattu a surtout été fait au niveau de la planification des parcours et de l’identification du tracé. Maintenant que les fonds arrivent en banque, les travaux physiques devraient pouvoir débuter, fort probablement au printemps.

«Actuellement, on s’affaire aux travaux préparatoires, mais ça pourrait aller très rapidement par la suite. Idéalement, on aimerait faire le lancement du sentier regroupé à l’automne 2019», indique Mme Savoie.