Un incendie majeur et une explosion ont complètement détruit tôt lundi matin un entrepôt appartenant à l’entreprise Irénée Doiron et Fils, un garage bien connu dans la région de Paquetville. La GRC considère l’affaire comme étant criminelle.

«Il n’y a aucun doute que la cause est criminelle», souligne le sergent Thierry Malenfant du détachement de Caraquet de la GRC.
L’incendie s’est déclenché tôt lundi matin. En plus de celle de Paquetville, six autres brigades de la région ont été mobilisées sur les lieux vers 3h15 pour maîtriser le feu.

«Ils ont fait un énorme travail cette nuit. Ça aurait pu être pire que ç’a été. L’important c’est qu’il n’y a pas eu de blessés ni de commerces ravagés par l’incendie», explique Luc Robichaud, maire de Paquetville.

Malgré les dommages, lundi matin, le garage principal d’Irénée Doiron et Fils était toujours ouvert au public. Un restaurant de mets chinois à proximité a aussi été épargné.

Plusieurs produits dangereux se trouvaient à l’intérieur de l’entrepôt. Une explosion est même survenue à l’arrivée des pompiers.

«C’est sûr que lorsque ç’a sauté, ce n’était pas beau», raconte Denis Paulin, chef de la brigade de Paquetville.

Denis Paulin s’est toutefois assuré qu’aucune vie de pompier ne soit mise en danger. L’homme connaissait bien l’édifice. Il est lui-même employé d’Irénée Doiron et Fils.

«Lorsque je suis arrivé, j’ai pris le commandement. Je voulais m’assurer que les pompiers n’aient pas là où ça allait exploser parce que je savais qu’il y avait des produits dangereux.»

Le chef de la brigade s’est avoué ému par la situation.

«On vit dans un beau village. Je veux m’assurer que les gens sont en sécurité. Mes pompiers sont dévoués à 100%. Je ne voudrais pas qu’il arrive un dégât majeur où il y aurait une maison qui brûle avec des gens à l’intérieur.»

Troisième incendie suspect

Il s’agit du troisième incendie suspect dans la région de Paquetville en quelques mois.

«Si vous entendez quelque chose, ne vous gênez pas pour contacter la GRC», conseille Denis Paulin.

En date de lundi après-midi, aucun suspect n’avait été arrêté. La GRC poursuit son enquête.

Le propriétaire de l’entreprise, Claude Doiron, a cependant été en mesure de fournir à la police et au prévôt des incendies des images prises par des caméras de sécurité où l’on verrait un individu mettre le feu à l’entrepôt. Il considère que son entreprise l’a échappé belle grâce à la météo.

«Il ne ventait pas. Ç’a passé proche.»

L’homme d’affaires garde tout de même un ton serein face aux événements de lundi matin.

«Ce n’est pas rassurant, mais c’est la vie. Il faut l’accepter.»

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle