Obstétrique à Bathurst: le ministre de la Santé «n’a pas de date précise»

Le ministre de la Santé, Ted Flemming, a dévoilé, mercredi, pendant la période de questions à l’Assemblée législative, qu’il rencontrera le PDG du réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne, jeudi, pour discuter de l’interruption du service d’obstétrique à l’Hôpital régional Chaleur, à Bathurst.

Questionné par le député libéral de Bathurst, Brian Kenny, sur la réouverture du centre d’obstétrique, le ministre a répondu qu’il ne pouvait pas avancer une date précise pour le moment.

M. Flemming a affirmé, en revanche, qu’il suit le dossier de prêt et qu’il est confiant qu’une date pour la reprise du service sera fixée à l’issue de sa rencontre avec le président du réseau de santé.

Depuis le 30 octobre, le service d’obstétrique de Bathurst n’accueille plus les femmes enceintes de la région, sauf en cas d’urgence. Elles doivent accoucher à l’hôpital de Campbellton ou à celui de Miramichi.

Des infirmières de Bathurst ont été transférées dans ces deux hôpitaux. «Ces infirmières reviendront à Bathurst le plus rapidement possible lorsque la situation sera rétablie», a indiqué le ministre.

Sages-femmes

La députée de Memramcook-Tantramar du Parti vert, Megan Mitton, s’est jointe à la discussion en déplorant le travail du parti progressiste-conservateur dans ce dossier. Elle est nouvellement critique en matière de Santé pour son parti.

«Des femmes enceintes sont abandonnées dans des situations stressantes. Avec l’hiver qui approche, c’est très risqué de conduire dans des conditions dangereuses sur de longues distances», déplore-t-elle.

Elle suggère d’implanter un programme de sages-femmes dans l’ensemble du Nouveau-Brunswick afin de venir à bout du problème. Selon elle, cette solution donnerait «plus de choix aux femmes pour donner naissance et enlèverait de la pression sur les hôpitaux.»

Une première clinique de sages-femmes a ouvert ses portes au printemps à Fredericton. Une cinquantaine de femmes y ont accouché depuis.

La profession est officiellement reconnue depuis 2010 au Nouveau-Brunswick.