Université de Moncton: les étudiants craignent une hausse des droits de scolarité

Le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton envisage une augmentation des droits de scolarité l’an prochain.

Sans affirmer explicitement qu’y aura une augmentation, le conseil énumère une série d’arguments justifiant une potentielle hausse dans un communiqué de presse publié ce week-end.

«Notre défi consiste à trouver un juste équilibre entre notre priorité de favoriser l’accessibilité aux étudiants universitaires et la volonté exprimée dans nos principes directeurs de se donner les moyens financiers pour offrir une formation de qualité concurrentielle», affirme Jacques Paul Couturier, recteur et vice-chancelier par intérim.

Le Conseil des gouverneurs avance notamment que les frais de scolarité sont plus élevés dans les universités anglophones du Nouveau-Brunswick qu’ils le sont à l’UdeM. Le coût moyen des droits de scolarité de premier cycle dans la province se situe à 7108$ en 2018-19, selon Statistique Canada. À l’UdeM, il s’élève à environ 6000$.

«L’Université (de Moncton) offre par ailleurs un programme d’aide financière extrêmement compétitif», mentionne-t-on dans le communiqué.

Le Conseil des gouverneurs souligne aussi que l’institution fait face à des «contraintes financières» depuis des années et que sa situation est difficile en raison des «décisions stratégiques du gouvernement provincial». Il ajoute cependant qu’une légère croissance des inscriptions est prévue pour l’année académique 2019-20.

«Les principes directeurs du budget 2019-20 adoptés par le Conseil des gouverneurs insistent sur la nécessité d’investir dans des domaines stratégiques ainsi que dans la qualité de l’expérience étudiante.»

Alexandre Cédric Doucet, président de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), qualifie le message du Conseil des gouverneurs d’«inquiétant».

En janvier, l’université a signé une entente avec le gouvernement provincial selon laquelle tout étudiant inscrit à l’université en 2018-19 ou avant aurait un plafond de 2% des hausses des droits de scolarité. L’université peut cependant réviser les droits de scolarité à compter de 2019-20.

«L’entièreté des étudiants internationaux et des étudiants néo-brunswickois et des étudiants venant de l’extérieur du Nouveau-Brunswick sont vulnérables à de fortes hausses à partir de septembre 2019.»

L’entente de quatre ans avec Fredericton inclut également une augmentation de la contribution du gouvernement provincial à l’Université de Moncton de 1% par an pendant les trois premières années, et de 2% en 2020-21. Le tout représente un financement additionnel de 15 millions $.

En avril, l’Université de Moncton a signé un budget déficitaire pour une cinquième année consécutive. Les frais de scolarité avaient augmenté de 2% pour les étudiants de premier cycle, atteignant 5947$ (+117$). Les étudiants internationaux ont pour leur part des frais d’inscription de près de 11 000 $ par an.

Ce week-end, le Conseil des gouverneurs a aussi approuvé la création du Centre d’innovation et de recherche sur le cannabis à la Faculté des sciences. Le centre composé des professeurs de biologie Martin Filion, Étienne Hébert et David Joly aura comme mission de soutenir et de coordonner la recherche scientifique relative à la culture du cannabis (chanvre et marijuana) et à son potentiel thérapeutique.