Les libéraux plus populaires que les conservateurs malgré leur défaite

Malgré leur défaite suite aux élections du 24 septembre, les libéraux demeurent plus populaires que les conservateurs, selon un nouveau sondage publié mardi.

Le sondage de Corporate Research Associates (CRA), effectué du 1er au 24 novembre, avance que 35% des Néo-Brunswickois voteraient pour le Parti libéral si de nouvelles élections avaient lieu, comparativement à 30% pour le Parti progressiste-conservateur. Le Parti vert a quant à lui récolté 17% des intentions de vote.

Roger Ouellette, professeur titulaire de science politique à l’Université de Moncton, conseille d’interpréter les données du sondage avec prudence.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la période du sondage a été mouvementée. Le 2 novembre, le gouvernement libéral de Brian Gallant a été défait par un vote de censure (non-confiance). Une semaine plus tard, Blaine Higgs est devenu le 34e premier ministre du Nouveau-Brunswick. Le 15 novembre, Brian Gallant a annoncé sa démission en tant que chef du Parti libéral.

«Le sondage a commencé le 1er novembre, et on était vraiment dans une situation bizarre. Il faudra voir le prochain sondage, où il y aura une plus grande empreinte du gouvernement Higgs», mentionne M. Ouellette.

«Personnellement, pour le moment, je n’accorde pas beaucoup d’importance à ce sondage.»

D’ailleurs, Don Mills, président-directeur général de CRA, est de l’avis que les résultats du prochain sondage pourraient être bien différents.

«Le sondage a eu lieu immédiatement après l’élection. À l’exception du Parti vert, le résultat du sondage est très près du résultat du vote populaire des élections.»

La montée des verts «est à surveiller»

La plus importante conclusion à tirer du sondage, selon M. Mills, est la montée en popularité du Parti vert. Selon lui, le succès de l’équipe de David Coon la soirée des élections a renforcé sa réputation auprès des électeurs. Si la population continue à s’éloigner des partis traditionnels «les verts seront à surveiller».

«Ce n’est plus un parti marginal, c’est un parti légitime. Les choses peuvent changer rapidement. On a vu ce qui a arrivé à l’Île-du-Prince-Édouard, où le Parti vert est passé d’une deuxième place éloignée à l’égalité avec le Parti libéral dans notre dernier sondage.»

M. Mills avance que la polarisation linguistique des deux partis traditionnels fait tort à la province. S’ils souhaitent avoir du succès à long terme, les libéraux devront réussir à hausser leur popularité auprès des anglophones, et les conservateurs devront séduire les électeurs francophones.

«Une telle division n’est pas dans l’intérêt du Nouveau-Brunswick. Les deux partis doivent élargir leur base, surtout les conservateurs. Ils doivent avoir une meilleure représentativité dans le Nord. Ils doivent trouver une façon d’être plus compétitif auprès des francophones.»

«Les Libéraux se portent un peu mieux, mais ils doivent aussi faire un meilleur travail pour intéresser les anglophones.»

Au niveau de la popularité des chefs, Brian Gallant a obtenu le meilleur score, à 25%. Il a été suivi de près par Blaine Higgs (22%) et David Coon (17%). Kris Austin a été le chef préféré de 10% des répondants, et Jennifer McKenzie, de 5%.

Le sondage de CRA a été effectué auprès de 800 personnes, et a une marge d’erreur de 3,5%, 19 fois sur 20.